Société
19:37 27 juin 2013 | mise à jour le: 27 juin 2013 à 19:37 temps de lecture: 4 minutes

Le Piolet attaché à sa communauté qui lui rend bien

L’Actuel a visité, en collaboration avec Group’Action Val-Bélair, différents organismes desservant le territoire de la Haute-Saint-Charles notamment Val-Bélair. Au courant de l’été, six services sont présentés afin de les faire découvrir ou redécouvrir à la population.

Le restaurant-école Le Piolet compte ses habitués ayant été séduits par le rôle de l’entreprise de réinsertion sociale. France Latulippe, Raynald Durand, Valérie B. Fleury et Paul-Émile Fleury sont de bons exemples de clients s’attablant chaque semaine afin de redonner à un organisme bien ancré dans la communauté.

«Ça fait près d’une dizaine d’années que l’on vient», mentionne France Latulippe. La résidente de Neufchâtel se présente régulière au Piolet, accompagnée de son conjoint, Raynald Durand. Ces deux Neufchâtelois effectuent du bénévolat dans le quartier et ont pu constater le rôle du restaurant auprès des jeunes et aussi des citoyens de la Haute-Saint-Charles. «Le Piolet a participé aux paniers de Noël. Il y a de l’entraide, c’est ce qui est le fun», commente M. Durand, membre des Chevaliers de Colomb.

Ces habitués ont la jeunesse à cœur. Ils apprécient ce contact privilégié avec les élèves en formation au restaurant-école. «Ils sont gentils et formés ici. Et il y a de nouveaux logements. C’est une bonne responsabilité, ils se prennent en main, c’est pour aider les jeunes», renchérit Raynald Durand. L’entreprise de réinsertion sociale vient d’ajouter plusieurs cordes à son arc. La construction de logements et l’aménagement d’un jardin collectif à l’arrière de l’édifice, en plus d’un milieu de vie, permettent au Piolet d’étendre son champ d’actions. «Le jardin, ça permet de leur faire découvrir une autre facette», conclut M. Durand.

Quant à Valérie B. Fleury et Paul-Émile Fleury, ils se présentent à la blague comme des vieux meubles du Piolet. Les deux Lorettevillois ont connu Sr Madeleine Bélec, lors de la fondation de l’œuvre. Leur présence hebdomadaire au restaurant s’explique par leur sentiment d’appartenance pour le quartier ainsi qu’à la cause. «Moi, c’est pour la réinsertion des jeunes. Ça me touche parce qu’on a des petits enfants. Et puis, la restauration mène au bout du monde», lance Valérie B. Fleury.

De son côté, l’entreprise de réinsertion sociale se donne le mandat d’être partie prenante dans le secteur. «On s’implique dans différents conseils d’administration d’organismes et dans les fêtes», fait valoir le directeur adjoint, Lorenzo Alberton. Maintenant installé à Loretteville depuis 1992, le projet social a aussi eu pignon sur rue dans le coin de L’Ormière par le passé. Il a grossi et pris de l’ampleur en raison des besoins du milieu. «On a un effet contre le gangstérisme, de la vente de stupéfiants, le vagabondage et le vandalisme», explique M. Alberton.

L’horaire du Milieu de vie, un lieu où les jeunes adultes peuvent passer du temps, pourrait être bonifié. Il s’agit d’un nouvel projet de l’administration. Cette dernière est à la recherche de financement afin d’allonger les heures d’ouverture en vue d’ouvrir le local, supervisé par un intervenant, de jour. L’objectif est d’être en services en même temps que les ressources de première ligne. «Présentement, il est difficile de référencer de soir, précise Lorenzo Alberton. On n’est pas capable puisque les services sont fermés au moment où le besoin est constaté auprès d’une personne.»

Le Piolet en bref

Le Piolet est une entreprise d’insertion sociale. La formation rémunérée offerte permet aux étudiants d’obtenir un certificat de métier semi-spécialisé émis par le ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports (MELS) comme aide-cuisinier ou commis en service aux tables. Un service de placement en emploi ainsi qu’une démarche psychosociale est également au programme d’une durée de sept mois. Un milieu de vie pour les jeunes adultes a aussi été aménagé depuis 2008. Tout récemment, 22 logements communautaires ont été construits.

Le Piolet:103, rue Racine, Québec, 418 842-7462 L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *