Société
19:03 18 octobre 2017 | mise à jour le: 18 octobre 2017 à 19:03 Temps de lecture: 3 minutes

Des organismes se mobilisent pour les chats errants

CHATS. Depuis de nombreuses années, la problématique des chats errants sur le territoire de la Ville de Québec est omniprésente. Les Fidèles Moustachus ont été mandatés comme service animalier principal, mais il y a de nombreux autres organismes qui travaillent en arrière-plan dans un même objectif: le bien et le contrôle des animaux.

Plusieurs organismes souhaitent la stérilisation des chats errants.

(Photo Depositphotos)

Le Mouvement Chats Errants (MCE) est un OBNL de Québec, fondé en 2011, qui rend service à la population en misant sur la sensibilisation, l’identification et la stérilisation des chats dans la ville. Les bénévoles de l’organisme sont concernés par la prolifération des félins. Depuis plusieurs mois, ils le font savoir aux élus municipaux.

La présidente de Mouvement Chats Errants, Caroline Leblanc

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Le 2 octobre dernier, une citoyenne a pris la parole au conseil municipal en s’adressant directement au maire sortant, Régis Labeaume. Sylvie Raymond demande à la Ville de faire changer une règlementation municipale qui permettrait de capturer, de faire stériliser, de le retourner en adoption ou remettre en liberté, et au maintien des chats errants sur son territoire. Le CSRM est une méthode utilisée par de nombreux organismes, dont la SPCA de Montréal.

La position de la Ville est claire à ce sujet, l’étape du « Maintien » est problématique.

« Mettre des enclos dans des endroits pour nourrir les animaux, comme à l’Hôtel-Dieu, ne peut pas être possible. On ne peut pas mettre un panneau « Chats only », car les chats ne savent pas lire, et il risque d’y avoir beaucoup de vermine », a répondu le conseiller sortant, Patrick Voyer.

D’ailleurs, le règlement R.V.Q. 1059, a. 14 de la Ville stipule qu’il est interdit de nourrir un animal domestique errant en distribuant de la nourriture ou en laissant de la nourriture ou des déchets de nourriture à l’air libre. Un contrevenant est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 1000$.

Gestion et collaboration

La directrice générale des Fidèles Moustachus, Vicky Lamontagne, explique que l’organisme est en pourparlers avec la Ville pour la situation générale des chats errants. « Dans le cas de l’Hôtel-Dieu, il serait important d’arrêter de nourrir les chats qui pourraient être trappés, et éventuellement soignés pour être mis en adoption », ajoute Mme Lamontagne.

Questionnée à savoir s’il pouvait y avoir une alliance entre les organismes, la présidente de Mouvement Chats Errants, Caroline Leblanc, mentionne avoir eu une rencontre avec les responsables des Fidèles Moustachus concernant une possible collaboration dans certains dossiers. « Nous avons de nombreux objectifs en commun », dit-elle.

Selon Mme Leblanc, la raison pour laquelle le CSRM ne peut être complété par le service animalier de la Ville est que la présente règlementation ne le permet pas.

Combien de chats errants à Québec?

Le nombre de chats errants dans la ville était évalué à près de 30 000 au début de l’année. Ce chiffre est présentement réévalué par la Ville de Québec qui procède à un recensement des félins et des canins en liberté.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Sonia Provost

    Moi, je suis bénévole pour un tel organisme dans la région des Laurentides et je suis outrée de voir que la présidente de l’organisme ne fait presque rien, en pensant être une présidente d’assemblée.
    Jaimerais bien discuter avec Caroline Leblanc pour avoir son idée sur ce problëme. Les bénévoles sont si difficiles à trouver, ou rester.
    Ce sont toujours les mêmes bénévoles qui font tout, ils sont épuisés et n’arrivent pas à s’arrêter car le problëme des chats est grand comme la Ville.