Politique
22:04 16 octobre 2012

Élection au poste de grand chef à Wendake

C’est l’heure d’aller aux urnes pour la nation huronne-wendate, puisque le 26 octobre, ils devront élire leur grand chef. Dans la course il y a le grand chef sortant Konrad Sioui, l’ancien collaborateur de Max Gros-Louis qui a été grand chef pendant plus de 25 ans, Luc Lainé, le fils de Max Gros-Louis, Kino Gros-Louis et le linguiste Michel A. Gros-Louis.

Luc Lainé

Luc Lainé connaît bien la politique à Wendake, lui qui a été collaborateur de Max Gros-Louis et chef de famille en 1998. Depuis trente ans, il travaille dans le milieu autochtone à travers le Canada comme consultant. Il a également participé à la Commission royale des peuples autochtones à la suite de la crise d’Oka. Il veut que son expérience lui permette d’améliorer les relations extérieures avec les autres nations et les gouvernements : «Je veux que l’on sache qui on est nous les Hurons-Wendats». C’est pourquoi il souhaite rencontrer tous les membres de sa nation, dont les 500 nouveaux, et discuter de la question identitaire et de ce qu’ils souhaitent pour Wendake.

 

Son projet national, comme il l’appelle, c’est d’établir avec les membres une vision pour les 25 années à venir : «Il faut prendre de bonnes décisions ensemble et bien se préparer pour garder une qualité de vie et des services.» Pour donner le pouvoir décisionnel aux gens, il veut établir un cybergouvernement. De ce fait, il souhaite que les gens soient mieux renseignés et se sentent concernés davantage dans le processus décisionnel de leur nation.

Konrad Sioui

Konrad Sioui, actuel grand chef, sollicite un deuxième mandat. Il y a quatre ans, il l’avait remporté sur Max Gros-Louis, qui a été grand chef pendant près de 30 ans. Il souhaite continuer l’aire de changements qu’il dit incarner. Ce dont il est le plus fier, c’est la reconnaissance du Traité Huron-Britannique de 1760. Il se donne le rôle de chien de garde pour s’assurer que les termes soient appliqués et actualisés à la réalité de 2012. Celui-ci reconnaît le gouvernement indépendant de la nation et son territoire national.

La communication restera son mot d’ordre : «Les gens me disent qu’ils n’ont jamais été aussi bien écoutés. C’est vraiment important pour moi d’être rassembleur. Surtout quand on sait que plus de 50 % des membres de la nation huronne-wendate vivent à l’extérieur de Wendake.»

Avec la construction de 175 unités résidentielles, il désire donner l’accès à des propriétés aux gens et que certains reviennent vivre à Wendake. La construction du projet Tortue, un centre de santé, dont les travaux ont débuté à la fin de l’été, est également un projet qu’il souhaite mettre à terme en tant que grand chef.

Kino Gros-Louis

Kino Gros-Louis veut profiter de l’expérience de son père Max Gros-Louis dans cette élection : «J’avais 12 ans et je suivais mon père dans les réunions politiques avec les nations du Canada.» Dans les dernières années, en plus d’être agent territorial, il a contribué au développement de sa nation. Il a participé au changement du mode électoral en 2000. Celui-ci a accordé le droit de vote aux membres de sa nation qui demeurent hors réserve, eux qui représentent plus de la moitié de cette population.

S’il est élu grand chef, il veut accorder plus de pouvoir à la population. «Je veux que les chefs de famille prennent plus de place et consultent leurs membres.» À l’heure actuelle, il estime que moins de 10 % des membres des familles se rendent aux réunions pour discuter des enjeux de la nation. Pour augmenter le taux de participation, il veut créer un blogue consultatif qui permettra aux gens hors réserve de se faire entendre. Kino Gros-Louis s’était déjà présenté au poste de chef de famille, mais avait perdu par 12 voix. Cette fois-ci, il espère que ce sera la bonne.

Michel Absalon Gros-Louis

Le linguiste Michel Absalon Gros-Louis est également dans la course pour le poste de grand chef à Wendake. Il est doctorant en langue huronne-wendate, pour développer sa grammaire.

Au moment d’écrire ces lignes, M. Gros-Louis n’a pas répondu aux appels. Toutefois, selon son programme, il souhaite obtenir une plus grande aide financière pour l’entreprise privée. La création d’emplois dans les secteurs publics et privés est également dans ses priorités. Il s’engage à améliorer les conditions de vie de tous les membres. Avec ses connaissances de la culture huronne-wendate, il veut développer le sens de l’appartenance par l’enseignement de l’héritage culturel. Il souhaite également créer des liens forts avec les autres Premières nations.

 

L’Actuel, membre du Goupe Québec Hebdo

Pascale Lacombe


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette