Politique
04:32 16 mai 2015

Pierre Karl Péladeau élu chef du PQ

PARTI QUÉBÉCOIS. Pierre Karl Péladeau a été élu chef du Parti québécois ce soir avec près de 57,6% des voix. Plusieurs centaines de militants se sont rassemblés au centre des congrès de Québec pour l’événement.

Près de quatre membres sur cinq du Parti québécois sont allés exprimer leur droit de vote au cours des jours de scrutin. Au terme de ce vote où Pierre Karl Péladeau est ressorti grand gagnant, Alexandre Cloutier a réussi à récolter 29,21% des appuis. Martine Ouellet s’en est quant à elle sortie avec 13,21% des votes.

Dans son discours de victoire, Pierre Karl Péladeau a réitéré son intention de mener le Québec à l’indépendance. Alors que certains le qualifiaient du «sauveur» du mouvement souverainiste, il a tenu à rappeler que «l’indépendance n’était pas l’affaire d’un seul homme ou d’une seule femme, elle se fait ensemble.» Pour lui, bien qu’il ait réitéré l’importance des valeurs sociales-démocrates au sein du Parti québécois, «l’indépendance ne se fait ni à droite ni à gauche, elle doit se faire point à la ligne», a-t-il affirmé, confiant. Il a toutefois ajouté qu’il ne forcerait pas les Québécois vers un chemin qui ne représente pas la volonté de la population.

Pierre Karl Péladeau a répondu aux critiques de manque d’unité au sein du Parti québécois qu’on pouvait entendre depuis le début de la campagne lors de son discours. «Ce soir, nous commençons le grand rassemblement du Parti québécois, a-t-il dit. Le grand rassemblement des souverainistes et des indépendantistes.» Il a réaffirmé l’importance d’une coalition large de souverainistes pour espérer atteindre l’indépendance du Québec.

Un mot aux anglophones

Le nouveau chef du parti a pris le temps de s’adresser en anglais à la population anglophone de la province. Il leur a rappelé que le projet d’indépendance du Québec pour lequel il milite ne se fait pas contre eux, mais plutôt pour le Québec. Il les a invités par la suite à se joindre au mouvement souverainiste.

Questionné par rapport à ses parts dans la compagnie Québecor, le nouveau chef a assuré que ses avocats avaient déjà reçu le mot de placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard. «Les partis adverses pourront bien dire ce qu’ils voudront, je n’ai pas peur de leur question.»

Au terme de son discours, le nouveau chef du Parti québécois a invité collègues et famille à venir le rejoindre sur scène. Pierre Karl Péladeau est devenu le 8e chef de la formation politique souverainiste.

Groupe Québec Hebdo

Benoit Prisca


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette