Politique
13:41 3 octobre 2015

La parole aux candidats de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles

POLITIQUE. Cette semaine, Québec Hebdo vous présente les candidats des principaux partis dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles et leur position sur les enjeux de l’heure.

Jean Côté, candidat Parti libéral du Canada

Spécialiste en marketing, en planification stratégique et optimisation des marchés, Jean Côté est intervenu auprès d’une multitude d’entreprises et d’organismes publics et parapublics, en plus d’avoir été vice-président du conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

Quelle mesure privilégiez-vous pour soutenir l’économie et favoriser le pouvoir d’achat de la classe moyenne?

«Nous entendons remettre plus d’argent aux familles en créant un nouveau programme d’allocation canadienne aux enfants qui serait indexée annuellement et non imposable. Nous diminuerons le taux d’imposition de 22 à 20,5% en plus d’investir 4 milliards pour les familles.»

Pont de Québec: repeindre l’infrastructure d’entrée de la capitale est-il une priorité? Comment s’y prendre?

«Un gouvernement libéral s’engage à réunir toutes les parties impliquées dans les 60 premiers jours de son mandat pour en arriver à une entente avant le 30 juin 2016. Afin d’accélérer les négociations, nous ferons un investissement minimal de 75 millions dans la réfection du pont.»

Lutte au terrorisme: quelle importance faut-il accorder à la lutte au terrorisme et quels moyens sont envisagés par votre parti?

«Le Parti libéral appuie la loi C-51 sur la lutte au terrorisme, mais son texte suscite des inquiétudes légitimes. Le Canada a un rôle à jouer contre l’État islamique. La meilleure solution est de former des gens locaux et accroître notre aide humanitaire. L’approche du Parti libéral protège à la fois la sécurité publique et les libertés civiles.»

Quel est le principal enjeu dans votre circonscription et quel geste poserez-vous en premier dans ce dossier?

«Il est capital d’accroître l’aide en recherche et développement et d’investir dans les infrastructures et le transport collectif. Notre plan permettra de desservir efficacement tous les citoyens: des investissements dans les infrastructures et le transport collectif permettront de désengorger la circulation routière, d’améliorer la qualité de vie et d’augmenter la valeur des propriétés.»

                                                  *****

 

Anne-Marie Day, députée sortante Nouveau Parti démocratique

Députée de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles depuis 2011, Anne-Marie Day est porte-parole en matière de francophonie, en plus de l’avoir été en matière de ressources humaines et développement des compétences. Avant son élection, elle était directrice générale du Centre Étape, un groupe de formation visant l’intégration et la réintégration des femmes sur le marché du travail. Elle est détentrice d’une maîtrise en développement local et régional de l’Université Laval.

Quelle mesure privilégiez-vous pour soutenir l’économie et favoriser le pouvoir d’achat de la classe moyenne?

«Rien de mieux pour soutenir l’économie et favoriser le pouvoir d’achat que d’assurer à tou-te-s les Canadien-ne-s de bons emplois. Pour ce faire, nous réduirons de 11% à 9% le taux d’imposition des PME canadiennes qui créent 90% des emplois au pays. Nous souhaitons aussi ramener le crédit d’impôt pour frais de garde.»

Pont de Québec: repeindre l’infrastructure d’entrée de la capitale est-il une priorité? Comment s’y prendre?

«Pour moi, le laisser rouiller sans rien faire ne fait aucun sens. Au NPD, nous croyons qu’il revient au gouvernement fédéral de s’assurer que le pont de Québec demeure sain. On s’engage à faire une étude par le biais de Transports Canada pour ensuite prendre les décisions qu’imposera ce rapport.»

Lutte au terrorisme: quelle importance faut-il accorder à la lutte au terrorisme et quels moyens sont envisagés par votre parti?

«Le NPD propose un ajout substantiel de policiers sur le territoire canadien (2500). Nous désirons aussi donner à la GRC les ressources nécessaires et mieux coordonner les forces policières pour s’attaquer au crime organisé, aux gangs, aux crimes économiques et au cybercrime. Avec ces mesures, nous sommes assuré-e-s que les citoyen-ne-s sont en sécurité tout en jouissant de leurs droits.»

Quel est le principal enjeu dans votre circonscription et quel geste poserez-vous en premier dans ce dossier?

«Je désire créer un véritable pôle économique avec la circonscription au moyen des PME. Je veux voir encore plus d’entreprises innovantes s’installer chez nous. Je crois que notre baisse d’impôt pour les PME, le crédit d’impôt à l’innovation et la proximité de la Capitale-Nationale font de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles un choix évident pour les entrepreneurs canadien-ne-s.»

                                                 *****

Pierre Paul-Hus, candidat Parti conservateur du Canada

Président de Prestige Groupe Média et du magazine Hôtels, Restaurants et Institutions, Pierre Paul-Hus est également vice-président directeur général de Sélections mondiales des vins Canada. De 1987 à 2009, il a été membre des Forces armées canadiennes. Il était lieutenant-colonel à la fin de son service. Pierre Paul-Hus est marié à Marie-Josée Turcotte. Il est père de deux enfants, Alexandre et Audrey.

Quelle mesure privilégiez-vous pour soutenir l’économie et favoriser le pouvoir d’achat de la classe moyenne?

«Le Parti conservateur va continuer de retourner de l’argent dans les poches des familles canadiennes afin qu’elles puissent l’utiliser selon leurs priorités et de baisser les impôts des PME afin qu’elles puissent croître et créer des emplois.»

Pont de Québec: repeindre l’infrastructure d’entrée de la capitale est-il une priorité? Comment s’y prendre?

«Le gouvernement conservateur s’est déjà entendu avec la province de Québec ainsi que les maires de Lévis et de Québec afin de financer une partie des travaux. Maintenant, c’est au tour du CN de faire sa part.»

Lutte au terrorisme: quelle importance faut-il accorder à la lutte au terrorisme et quels moyens sont envisagés par votre parti?

«Comme ancien militaire, je comprends l’importance tant de l’aide humanitaire que des missions armées. Il faut faire les deux en Irak et en Syrie afin d’arrêter les scénarios tragiques qui se déroulent en ce moment.»

Quel est le principal enjeu dans votre circonscription et quel geste poserez-vous en premier dans ce dossier?

«Charlesbourg-Haute-Saint-Charles a un grand besoin d’infrastructures pour ses aînés et ses familles. À cause de l’inaction du NPD, nous avons du retard à rattraper. Je travaillerais avec les élus locaux pour amener les investissements nécessaires dans notre circonscription.»

                                                   *****

 

Marc Antoine Turmel, candidat Bloc québécois

Résident de Charlesbourg, Marc Antoine Turmel terminera au printemps 2016 son baccalauréat en communication publique à l’Université Laval. Ancien candidat aux élections municipales à la Ville de Québec en 2013, Marc Antoine a aussi siégé au comité exécutif du Parti québécois de Charlesbourg et au Bloc québécois de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, en plus d’avoir présidé l’organisation péquiste du Cégep Limoilou.

Quelle mesure privilégiez-vous pour soutenir l’économie et favoriser le pouvoir d’achat de la classe moyenne?

«Allons-y d’un exemple concret: le gouvernement conservateur a décidé de débuter la distribution des chèques pour la PUGE [prestation universelle pour la garde d’enfants] qui est imposable. C’est une mesure franchement électoraliste. Au Bloc québécois, on veut la rendre non imposable.»

Pont de Québec: repeindre l’infrastructure d’entrée de la capitale est-il une priorité? Comment s’y prendre?

«Oui, le pont de Québec est une priorité. Le Bloc québécois demande au gouvernement fédéral de se porter acquéreur du pont de Québec, de s’engager à en terminer les travaux dans les meilleurs délais, pour qu’il soit remis en état.»

Lutte au terrorisme: quelle importance faut-il accorder à la lutte au terrorisme et quels moyens sont envisagés par votre parti?

«Très importante. Nous considérons que des mesures de lutte contre le terrorisme doivent être accompagnées de disposition prévenant le développement de la radicalisation. Nous ne croyons pas que le projet de loi C-51 soit la solution puisqu’il brime nos libertés fondamentales.»

Quel est le principal enjeu dans votre circonscription et quel geste poserez-vous en premier dans ce dossier?

«Beaucoup de jeunes familles habitent la circonscription. Nous voulons les aider concrètement et rapidement. Nous voulons les aider en rendant notamment la PUGE non imposable. Un effet direct sur leur portefeuille se fera sentir!»

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *