Politique
00:18 26 août 2014 | mise à jour le: 26 août 2014 à 00:18 temps de lecture: 3 minutes

Les retraités municipaux de Québec demandent une reddition de comptes

PROJET DE LOI. Des retraités de la Ville de Québec étaient présents au conseil municipal de lundi afin de demander des comptes au maire de Québec en lien avec le projet de loi sur les régimes de retraite des employés municipaux.

Le président de l’Association du personnel retraité de la Ville de Québec (APRVQ) a interpelé Régis Labeaume sur les chiffres qu’il a brandis en commission parlementaire sur la réforme des régimes de retraite. Au nom des quelque 4000 retraités, Gaston Verreault a pressé le maire de dévoiler rapidement ses calculs sur le déficit des régimes de retraite de la Ville et sur l’indexation des rentes des retraités, qu’il estime erronés.

Rappelons que l’administration Labeaume évalue le déficit à 620 M$ en date du 31 décembre 2013, alors que l’APRVQ en arrive plutôt à un montant de 424 M$. L’Association remet également en question l’affirmation selon laquelle la suspension de l’indexation des prestations permettrait d’éponger rapidement le déficit avec un retour à la normale dès décembre 2016.

En temps et lieu

Dans un point de presse précédant la séance du conseil, le maire a balayé d’un revers de la main la demande et les doutes des retraités. Pour lui, il ne s’agit que d’une stratégie de l’APRVQ: «Quand tu manques d’arguments, tu dis que les chiffres ne sont pas bons.»

Il s’est défendu de mentir ou de chercher à éviter le débat. «On va leur donner les chiffres au moment venu. […] On a nos évaluations, mais on ne les a pas officiellement comme le gouvernement l’exige, bien estampillées par des actuaires. Mais on va leur donner le moment venu», a répété Régis Labeaume en reportant ce moment au 31 décembre 2014. À la séance du conseil, il a servi la même réponse à Gaston Verreault.

Mesures de sécurité accrues

Au conseil, on pouvait apercevoir un nombre accru de policiers en fonction, une semaine après les événements de Montréal où des syndiqués opposés à la refonte des régimes de retraite ont semé le désordre à l’hôtel de ville.

Interrogé sur ses craintes de voir se produire un même scénario, le maire a minimisé la situation: «Je pense que c’est responsable qu’il y en ait une couple de plus, parce qu’il y a des gens qui ne sont pas d’accord qui viennent [au conseil]. Avec ce qui s’est passé à Montréal, ce serait irresponsable de ne pas se préparer. Moi, je n’ai pas peur, mais c’est de la prévention.»

Au moment d’écrire ces lignes, aucun mouvement d’insubordination n’était venu troubler le déroulement de la séance.

Le projet de loi 3 concerne…

– 170 régimes de retraite

– 50 000 retraités

– 122 000 travailleurs syndiqués

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *