Politique
16:23 5 novembre 2015 | mise à jour le: 5 novembre 2015 à 16:23 temps de lecture: 3 minutes

Le mot de la fin d’Anne-Marie Day… pour l’instant

POLITIQUE. Le travail mené pour le maintien du service de livraison du courrier à domicile: Anne-Marie Day y voit l’un de ses principaux legs politiques au terme de son mandat comme députée néodémocrate. L’ex-élue de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles a volontiers accepté de se prêter à l’exercice du bilan.

Cela, même si elle se décrit comme une «fille qui travaille aujourd’hui et demain, et non dans le passé». Certes, Anne-Marie Day aurait aimé que ce présent soit encore fait de politique active mais, maintenant que l’électorat a choisi, elle vit avec la satisfaction d’un mandat bien rempli.

Dans la circonscription même, elle citera son implication sur plusieurs fronts, que ce soit auprès des vétérans de l’armée qui réclamaient des soins, auprès des petites et moyennes entreprises locales en soif d’expansion, auprès des nouveaux arrivants en peine de repères…

«Je pense que les gens vont retenir beaucoup la présence.» Les invitations des organismes communautaires à des événements comme les requêtes de citoyens auront trouvé, chez Mme Day, une oreille attentive. Les efforts déployés pour renverser la vapeur concernant la livraison du courrier à domicile en font d’ailleurs partie: «C’est la plus grande réponse qu’on a eue des citoyens», observe-t-elle.

D’autre part, Anne-Marie Day se félicite de son travail à la Chambre des communes où, estime-t-elle, elle a représenté les gens de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles de façon assidue. À son actif notamment, 110 questions posées en Chambre. «Je mets au défi M. Paul-Hus [son successeur] d’en faire autant. C’est pratiquement impossible, parce qu’il faut être porteur de dossiers majeurs», dira celle qui a entre autres occupé le poste de porte-parole de l’opposition officielle à l’assurance-emploi.

Passer le flambeau

La députée sortante revient d’ailleurs sur les déclarations du conservateur Pierre Paul-Hus à Québec Hebdo, lequel s’inquiétait du transfert des dossiers. Les deux se sont rencontrés dernièrement pour faire le pont entre l’ancien et le nouveau mandat.

Mais voilà, fera savoir Anne-Marie Day, il y a certaines règles à suivre. Concernant les dossiers citoyens, chacun a été contacté pour savoir s’il désirait que le nouvel élu en hérite. Ils ont tous refusé; «s’il y a des continuités, ils vont appeler eux-mêmes le député», rapporte la néodémocrate, qui a toutefois informé son successeur de certains dossiers majeurs publics pour lesquels il risque d’être interpellé.

Le contenu des ordinateurs a également été effacé. «C’est la procédure normale», précise-t-elle puisqu’il s’agit pour l’essentiel de travail parlementaire. Budgets, rapports annuels d’organismes communautaires, papiers administratifs…: cela se retrouve par contre désormais entre les mains du député conservateur, à qui elle souhaite la même passion qui a marqué son expérience politique.

Et maintenant?

Aussi Anne-Marie Day n’écarte-t-elle pas un retour éventuel en politique mais, pour l’heure, celle qui a notamment été directrice du Centre Étape vise un poste de cadre qui lui permettrait de poursuivre une carrière.

Pour le reste, elle espère que les gens de la circonscription continueront de l’aborder pour un brin de jasette, au détour d’une allée d’épicerie.

Un bilan chiffré

665

interventions à la Chambre des communes

572

interventions en comité parlementaire

175

interventions en Chambre ont porté sur l’emploi

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *