Économie
10:00 24 janvier 2019

Résidence Saint-Philippe – La phase II est débutée

Résidence Saint-Philippe – La phase II est débutée
Les travaux se sont déroulés durant la semaine du 8 octobre (Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉCONOMIE. Un complexe domiciliaire pour personnes autonomes et semi-autonomes, représentant plusieurs millions de dollars, est construit sur le terrain de 2835 mètres carrés adjacent à la Résidence Saint-Philippe, située au 8500 boulevard de l’Ormière. Ce projet serait finalisé d’ici le printemps 2020.

Une partie des arbres abattus serait replantée (Photo Métro Média – Alain Couillard)

«Il s’agit de la phase II de la Résidence Saint-Philippe», commente la directrice générale Manon Rochette. Le nouveau complexe domiciliaire offrira environ 120 appartements de type 3 ½ et 4 ½ avec toutes les commodités que l’on retrouve dans ce type de résidences. Une salle de quilles et une piscine sont aussi prévues. Un tunnel relierait les deux bâtiments. «Cela deviendra un complément à la salle de cinéma et à la console Wii que l’on retrouve au bâtiment principal.»

Bon nombre d’arbres, qui ornaient le lot de terrain acquis l’été dernier, ont été abattus lors de la démolition des deux résidences dont l’une d’elles avait été construite en 1936. La Ville de Québec assure qu’il n’y a pas de politique particulière concernant l’abattage d’arbres lors de l’acquisition d’un terrain.

Par contre, il arrive qu’un nouveau propriétaire puisse réaliser des interventions découlant de son acquisition. Cela peut aller de modifications de l’aménagement à une reprise en charge d’un entretien qui aurait pu être négligé, le tout pouvant conduire à des abattages. Dans tous les cas cependant, les autorisations d’abattage sont analysées selon les règles en vigueur. Sur ce point, Mme Rochette assure qu’une bonne partie sera replantée en tenant compte de l’espace qui sera disponible à la suite de la construction du nouvel édifice.

La Ville ajoute qu’il y a des règles à respecter pour la plantation ou le maintien d’arbres qui peuvent amener des obligations à planter à la suite d’un abattage, selon les cas.

Voila à quoi ressemblait le terrain avant le début des travaux. (Photo capture d’écran – Google maps)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *