Économie
16:57 14 mai 2015

IKEA de retour à Québec

Après 19 ans d’attente, les gens de Québec retrouveront leur IKEA sous peu. Un Centre de cueillette IKEA ouvrira ses portes sur l’avenue Watt à la fin de l’année.

Le président d’IKEA Canada, Stefan Sjöstrand et le maire de Québec, Régis Labeaume en ont fait l’annonce jeudi matin à l’hôtel de ville de Québec. Pour l’occasion, la salle de réception de l’hôtel de ville avait pris des allures printanières, avec deux fauteuils, des coussins et des tulipes, agencement digne du catalogue du géant suédois.

Bien qu’aucun magasin n’ouvre pour le moment, le point de collecte, qui sera situé dans l’ancien local du Maxi au 3111 avenue Watt, permettra aux clients qui ont fait des achats en ligne ou dans un magasin IKEA d’aller chercher leurs produits dans un établissement situé plus près de leur lieu de résidence, et ce, moyennant un montant de 20$.

Les clients pourront également consulter des conseillers et acheter près de 100 produits sur place. Les nouveaux collaborateurs évolueront dans un environnement stimulant où les gens et la croissance professionnelle sont au cœur des priorités.

«Le point de collecte à Québec est une version abrégée du catalogue. Les gens peuvent venir voir, toucher et choisir nos produits, et ce, à proximité de chez eux», a expliqué Stefan Sjöstrand, président d’IKEA Canada.

IKEA exploite actuellement 12 magasins au Canada et entrevoit un excellent potentiel de croissance dans l’ouverture de ces centres de cueillette, dont le format s’inscrit dans un projet pilote d’envergure mondiale, dans des marchés où elle ne compte aucun magasin en ce moment.

«Notre objectif est de rendre IKEA plus accessible à tous les Canadiens. Les Centres de cueillette IKEA permettent à notre entreprise de prendre de l’expansion rapidement dans des marchés porteurs et se traduisent pour les clients par un accès plus facile à nos produits», poursuit-il.

Pour le consommateur, l’implantation d’un centre de cueillette se traduit par la réduction des délais et des frais de livraison pour les clients, tout en leur procurant des sources d’inspiration pour leurs projets de même que divers services. L’ouverture d’un tel centre permettra également la création de 25 emplois.

Québec n’est plus un village

Selon Régis Labeaume, Québec s’impose maintenant comme une ville importante au Canada: «On sous-estime souvent la ville, mais je peux vous dire qu’avec l’annonce d’aujourd’hui, on a la preuve que Québec est une pièce maîtresse.»

La fermeture en juillet 1996 du magasin IKEA dans Lebourgneuf n’inquiète pas les deux hommes quant au succès que connaîtra le point de cueillette.

«Le contexte économique a beaucoup changé en près de 20 ans, lance Régis Labeaume. La région s’est enrichie depuis et le revenu familial a augmenté. Le taux de chômage est l’un des plus bas au Québec. Quand tu as de l’argent, tu consommes forcément.»

Pour lui, l’annonce d’un point de cueillette n’est qu’une étape vers le retour d’un magasin IKEA dans la région de la Capitale-Nationale.

«Ça fait longtemps qu’on parle avec la compagnie. Depuis l’arrivée de Stefan il y a neuf mois, le projet a avancé à un rythme fulgurant. Nous sommes sur la bonne voie pour un retour», affirme-t-il.

Questionné à cet effet, le président du géant suédois confie qu’il n’écarte pas l’idée de l’implantation d’un magasin à Québec puisque la ville possède un très grand bassin d’acheteurs potentiels.

«Le processus pour implanter un magasin dure plusieurs années, il faut être patient. Le centre de cueillette était un moyen simple et rapide d’aller rejoindre et de fidéliser les acheteurs au produit IKEA», mentionne Stefan Sjöstrand.

Au cours des deux prochaines années, IKEA a l’intention d’ouvrir une dizaine de points de collectes qui permettront à ses clients de recueillir leurs meubles et accessoires achetés sur son site web. Celui de Québec consiste en un projet-pilote puisqu’il est seulement le deuxième au Canada après London en Ontario et le cinquième au monde.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *