Économie
20:29 19 mai 2015

Ville de Québec: une reddition de comptes «prévisible et sans histoire» pour 2014

MUNICIPAL. L’administration Labeaume a présenté les résultats de son exercice financier pour l’année 2014. La Ville de Québec enregistre un surplus inhabituel de 15,6M$, alors que la dette a connu une augmentation de 6% par rapport à 2013. Mais s’agissant là d’une cible anticipée dans la planification du cadre financier, le maire de Québec parle d’une reddition de comptes «prévisible et sans histoire».

Sur un budget initial de 1333,8M$, les dépenses totales ont été de l’ordre de 1336,7M$, avec des revenus de 1351,3M$. Ces résultats financiers excluent les éléments extrabudgétaires.

La Ville de Québec enregistre des revenus supérieurs de 17,5M$ par rapport aux prévisions budgétaires, dont une grande partie provient d’éléments exceptionnels. Près de la moitié (7,9M$) découle de la dissolution de la Société municipale d’habitation et de développement Champlain (SOMHADEC). Le reste émane de l’utilisation de la réserve de fonds dédiée au déneigement (4,3M$) et des revenus de taxes supplémentaires liés aux ajouts au rôle et à la mise à jour de celui-ci par rapport aux hypothèses qui ont servi à l’élaboration du budget (4,2M$).

Plus de dépenses que prévu

En contrepartie, 2,9M$ ont été dépensés en plus par rapport aux prévisions budgétaires. D’une part, des dépenses supplémentaires ont été nécessaires pour le déneigement et l’entretien des chaussées en raison de l’hiver rigoureux (3,2M$), de même que pour le renouvellement des conventions collectives (5,8M$). D’autre part, des économies ont été réalisées sur les régimes de retraite (7,6M$) et sur le service de la dette brute (5,9M$), qui a pu profiter de taux d’intérêt plus faibles.

Il reste qu’au chapitre des dépenses, la part du lion demeure celle consacrée au service de la dette brute avec 288,5M$ (21,6% du total). Loin derrière, les dépenses liées aux arrondissements (179M$ – 13,4%), la cotisation de l’employeur (167,8 M$ – 12,6%) et l’innovation et services de soutien (149,2M$ – 11,2%).

Des investissements «historiques»

La trésorière et directrice du Service des finances, Chantal Pineault, a par ailleurs parlé d’investissements «historiques» à propos de la hausse de 7,2% par rapport à 2013, pour un total de 411,5M$. La construction de l’amphithéâtre y joue pour beaucoup (161,8M$), de même que les travaux d’infrastructure (113M$).

Budget 2016

Alors que la dette nette a atteint 1628,2M$ en 2014, soit une hausse de 6% par rapport à l’exercice précédent, Régis Labeaume a réitéré ce qu’il annonçait déjà en 2013: le budget 2016 inclura la première baisse de la dette accumulée.

 

Provenance des revenus

69,4%

Taxes (937,9M$)

8,1%

Autres revenus (notamment la vente d’actifs immobiliers – 109,2M$)

8%

Paiements tenant lieu de taxes (provenant de propriétaires d’immeubles non imposables, comme ceux détenus par les gouvernements – 108,3M$)

7,1%

Transferts (sommes reçues du gouvernement – 96,3M$)

4,7%

Services rendus (revenus engendrés par des services rendus à des organismes, citoyens ou propriétaires d’entreprises – 62,9M$)

2,7%

Quotes-parts (36,7MS)

 

 

Membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *