Économie
16:40 17 décembre 2014 | mise à jour le: 17 décembre 2014 à 16:40 temps de lecture: 3 minutes

L’inoccupation du marché locatif bondit de 2,3% à 3,1% à Québec

LOGEMENT. Le taux d’inoccupation moyen des appartements locatifs dans la région de Québec se situait à 3,1% en octobre 2014, en hausse par rapport à celui de 2,3% enregistré un an auparavant.

Le marché s’approche ainsi de l’équilibre, alors qu’il a été favorable aux propriétaires au cours des dernières années marquées par une pénurie. C’est ce que révèlent les résultats de l’Enquête sur les logements locatifs d’automne, diffusés par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

«La détente du marché s’explique par une augmentation de l’offre, cette dernière ayant évolué plus rapidement que la demande. Un plus grand nombre de logements locatifs ont été achevés en 2014, comparativement à 2013. S’ajoute aussi la hausse du nombre de copropriétés offertes en location, substitut des appartements locatifs standards haut de gamme. Du côté de la demande, on estime que la croissance a ralenti, compte tenu du déclin de l’emploi chez les jeunes de 15 à 24 ans. Ce qui retarde leur départ en appartement», souligne Élisabeth Koulouris, analyste principale de marché à la SCHL pour Québec.

Loyers et secteurs

Selon l’étude semestrielle, le loyer moyen des logements de deux chambres a augmenté de 2% à Québec. Par ailleurs, trois secteurs ont vu leur pourcentage d’unités locatives vacantes augmenter : la Basse-Ville, la Haute-Ville et Charlesbourg. Le taux d’inoccupation enregistré en octobre dernier dans la Basse-Ville était de 4%. Il était le même pour la Haute-Ville et Charlesbourg, soit 3,3%. Les deux secteurs de la Rive-Sud présentaient les taux d’inoccupation les plus faibles de la région avec 1,6% du côté ouest (Charny–Saint-Romuald–Saint-Jean-Chrysostome) et 1,4% du côté est (Lévis-Pintendre).

Copropriétés louées

Sur le marché locatif secondaire, le taux d’inoccupation des copropriétés offertes en location a diminué. Ainsi, le pourcentage d’unités vacantes est passé de 5,9% en 2013 à 3,2% en 2014. Malgré la hausse du nombre de copropriétés offertes en location, la demande a été au rendez-vous, ce qui a eu pour effet de faire baisser le taux d’inoccupation.

Enfin, pour la première fois, la SCHL a compilé des données sur le niveau des investissements étrangers dans le marché des copropriétés des 11 régions métropolitaines du Canada. Il atteint : 0,6% à Québec; 1,5% à Montréal; 0,7% à Ottawa; 2,4% à Toronto; 0,1% Winnipeg; 0,1% Regina; 0,3% à Saskatoon; 0,1% à Edmonton; 0,2% à Calgary; 2,3% à Vancouver; et 1,1% à Victoria. Les condos qu’ils possèdent sont majoritairement situées dans les centres-villes.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *