Économie
14:32 12 juin 2007 | mise à jour le: 12 juin 2007 à 14:32 temps de lecture: 4 minutes

Coup de chapeau à trois filles d’ici

Parmi les 58 lauréates du concours Chapeau, les filles! qui s’est tenu récemment, trois d’entre elles proviennent des secteurs desservis par le journal L’ACTUEL, à savoir Alexandra Rhéaume, Valérie Blouin-Trudel et Sandra Mendes Antunes.

C’est pour valoriser les métiers traditionnellement masculins que le gouvernement du Québec et de nombreux partenaires ont tenu la dernière édition du gala national du concours Chapeau, les filles!

Lors de la présentation du gala, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, s’est dite impressionnée par la qualité des candidatures des lauréates. «Il est important de saluer et de mettre en valeur le choix de carrières de ces femmes afin d’en inciter d’autres à opter elles aussi pour une profession stimulante traditionnellement plus masculine.»

L’une des lauréates est Valérie Blouin-Trudel, une finissante du programme d’intervention en sécurité incendie du Centre de formation professionnelle de Neufchâtel. Après avoir pratiqué les arts martiaux durant trois ans, être devenue instructrice d’éducation physique avec les Cadets de la terre et s’être enrôlée dans la Réserve des Forces canadiennes, Valérie a choisi d’apprendre le métier de pompière.
«Bien que ce métier requiert de la force et de l’endurance, les pompiers ne sont pas que des muscles sans tête, insiste-t-elle. Ils sont aussi appelés à utiliser différentes compétences en chimie, en physique, en mathématique, en mécanique et en psychologie.»

En plus d’espérer un travail permanent dans une municipalité, la jeune femme souhaite que de plus en plus de femmes choisissent et enseignent la profession. «J’aime me sentir utile et je voudrais parrainer d’autres femmes pour les soutenir et peut-être leur éviter certaines erreurs», lance-t-elle.

Une fille en logistique du transport

Sa famille résidant au Portugal, Sandra Mendes Antunes a souvent été appelée à prendre l’avion et à errer dans les aéroports. «Les gens se dépêchant à prendre leur vol, les valises partout autour de moi, les langues inconnues… tout cela me captivait», se rappelle l’élève en techniques de la logistique du transport au Collège François-Xavier-Garneau.

«Notre mission est de répondre aux demandes de la mondialisation des échanges, en garantissant la sécurité des passagers comme des marchandises et en légalisant leur entrée à l’étranger, explique la jeune femme du secteur Les Saules. Plusieurs milieux de travail s’ouvrent à moi: entreprises manufacturières, services de messagerie, douanes, transport ferroviaire, routier, maritime ou aérien.»

Génie mécanique au féminin

Récipiendaire d’un prix Excelle-Science, Alexandra Rhéaume a réussi le programme d’engineering mechanical de l’Université McGill, malgré ses craintes de se retrouver en situation de faiblesse au sein de cette faculté à 75 % masculine. «Il y avait une foule d’occasions offertes aux femmes pour prendre leur place et réussir, avoue-t-elle. À condition de s’impliquer.»

Devenue l’unique étudiante «sénatrice» de la faculté de génie, la jeune femme du secteur Lac-Saint-Charles n’a pas tardé à s’imposer. «L’engagement est l’une des meilleures façons pour s’adapter à un milieu dominé par l’autre sexe, souligne-t-elle. C’est la clé pour gagner le respect des pairs.»

Récompensée à plusieurs reprises pour ses résultats scolaires quasi parfaits et pour sa maîtrise de quatre langues, la future ingénieure en aérodynamique a jusqu’ici réussi un parcours sans faute. De belles prémisses qui augurent bien sur son ambition de devenir chef d’équipe de Formule 1.

Combattre l’isolement

Question de briser l’isolement ressenti par les femmes minoritaires dans des domaines habituellement réservés aux hommes, le gouvernement du Québec a mis sur pied un site Internet permettant à celles-ci d’entrer en contact avec des lauréates des concours des dernières années. Une quarantaine de cybermentores proposent en ligne leur portrait atypique à l’adresse http://www.mels.gouv.qc.ca/cybermentores.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *