Économie
15:08 12 novembre 2007 | mise à jour le: 12 novembre 2007 à 15:08 temps de lecture: 2 minutes

Du monde à la messe dans Lebourgneuf!

Les travaux du boulevard de la Morille à peine terminés que la Ville de Québec sort de ses cartons deux nouveaux projets de développement immobilier pour Lebourgneuf. À terme, c’est 1800 nouvelles familles qui pourraient emménager dans le secteur. Des développements à densité élevée qui comporteront en certains endroits 65 logements aux 10 000 m2.

Les deux projets sont à proximité l’un de l’autre, mais ne seront pas reliés.

Le premier développement, le plus vaste en superficie occupera quelques 36 hectares (360 000 mètres carrés) derrière le Centre communautaire Lebourgneuf du boulevard La Morille. Que de l’habitation, 1200 au total. 30 % d’habitation unifamiliale jumelée en rangée, 40 % de duplex ou triplex et 30 % d’habitation multifamiliale.

Le projet Mesnil phase IV, qui pourrait bien prendre le nom de développement Prévert, comportera des édifices d’au maximum quatre étages encastrés entre l’avenue Chauveau, les boulevards de La Morille et Robert Bourassa.

Un peu plus au sud, les 600 logements prévus du deuxième développement sont coupés des Galeries de la Capitale par le boulevard Robert Bourassa. Ce second projet étant mixte, le quartier aura sa propre artère de commerces de proximité: «un genre de rue du Campanile qui scindera le développement en deux», explique François Picard, conseiller de Lebourgneuf. Au total, 115 000 p2 sont réservés dans le projet pour l’aménagement de bureaux, de services, et de petits commerces d’une superficie maximale de 4000m2. Ce développement, de part et d’autre du boulevard Lebourgneuf comportera certains édifices de 10 étages.

Dans les deux cas, la préoccupation de l’environnement est omniprésente: toits verts, géothermie, bassins de rétention, énergie solaire, captation des eaux de pluie font partis des scénarios projetés. Les deux projets feront une large place aux piétons et le stationnement de surface sera limité.

Chose certaine, les résidents du secteur, qui ont déjà écopé au cours des derniers mois, n’ ont pas fini d’être au milieu d’un champ de construction dans Lebourgneuf. M. Picard évalue qu’il pourrait s’écouler de 5 à 10 ans avant que les travaux de ces deux développements soient totalement complétés.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *