Actualités
18:43 18 février 2014 | mise à jour le: 18 février 2014 à 18:43 temps de lecture: 4 minutes

Mise à jour 21 février: Des parents de Val-Bélair refusent de baisser les bras

Des centaines de plaintes ont été déposées récemment par un collectif de parents d’élèves de Val-Bélair. La démarche, faite en vertu des articles 9 à 12 de la Loi sur l’instruction publique, vise la décision du Conseil des commissaires de la Commission scolaire de la Capitale par rapport au transfert d’élèves vers l’école de L’Odyssée. La méthode utilisée pour la transition ainsi que l’attitude de deux commissaires sont ciblées.

Le 21 janvier dernier, les commissaires ont voté en faveur d’un transfert des élèves de cinquième et sixième années de niveau primaire vers l’école de L’Odyssée. Ce changement implique du même coup le déplacement des élèves de troisième secondaire vers d’autres établissements scolaires du secteur. Il est justifié par une hausse du nombre d’enfants entrant à la maternelle au cours des prochaines années.

En date du 19 février, 111 plaintes ont été reçues à la Commission scolaire de la Capitale. «Il faut que le requérant ait le statut de parent», explique le directeur des communications à la commission scolaire, Érick Parent. C’est pourquoi il s’assurera que tous les documents sont recevables.

Le Collectif des parents pour une offre scolaire complète à Val-Bélair comprend une centaine de personnes. Elles dénoncent l’absence d’écoute et de représentation à laquelle elles ont eu droit de la part de leurs commissaires, Marlène Schiff et Line Godin. «Nous alléguons que ces dernières ont enfreint, par le fait même, leurs obligations légales et déontologiques», explique le collectif dans un communiqué de presse. Selon l’un des porte-parole du collectif, Jonathan Houle, les deux commissaires liées au territoire n’auraient pas rempli leur obligation de faire part des inquiétudes de leur population. «Les commissaires de Val-Bélair n’ont rien dit [lors de la séance du conseil]. On trouve ça assez terrible. On a rencontré des commissaires des autres territoires. Au moins, ils nous ont écoutés eux», précise M. Houle.

La méthode utilisée quant à la transition est également critiquée par des parents. Le comité pédagogique, chargé de mettre en place le futur fonctionnement, ne compte aucun parent. «Aucune personne ne peut parler de transport scolaire, de service de garde, de trajet piétonnier et d’horaire après les cours», critique Jonathan Houle. De plus, il ajoute que c’est le conseil d’établissement de L’Odyssée qui connaîtra le cheminement des travaux du comité selon un document de la commission scolaire présenté publiquement en octobre 2013.

«Légalement, les projets éducatifs des écoles sont toujours adoptés par l’établissement concerné, mais le comité alimentera les autres conseils d’établissement sur l’évolution des travaux», a expliqué la responsable des communications à la Commission scolaire de la Capitale, Marie-Élaine Dion. Cette dernière ajoute que les parents ne siégeant pas au conseil d’établissement de l’école de leur enfant peuvent être informés en assistant aux réunions puisqu’elles sont publiques. «C’est le caractère public de ces instances-là qui a guidé la façon de faire», conclut-elle.

 

 

Pour en savoir plus: vous pouvez lire les articles écrits sur le sujet:

 Transfert d’élèves à Val-Bélair: la majorité des commissaires en faveur

L’Odyssée prise dans la tempête

«Les commissaires n’ont pas la légitimité de décider» – Caire

Des parents marchent pour s’opposer aux changements de cycles

Transfert d’élèves à Val-Bélair: une première étape franchie

 Des changements de cycles dans des écoles de Val-Bélair critiqué

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *