Actualités
16:55 8 décembre 2014 | mise à jour le: 8 décembre 2014 à 16:55 temps de lecture: 3 minutes

Budget 2015 à Québec : hausse moyenne de 1,8% des taxes résidentielles

MUNICIPAL. L’augmentation moyenne du compte de taxes foncières sera de 1,8% pour les contribuables résidentiels de Québec en 2015, en concordance avec le taux d’inflation projeté pour l’année. Du côté des propriétés non résidentielles, la hausse s’établira à 2,3%. Le budget de fonctionnement de la Ville s’élève à 1365,7M$ (1,3G$), en progression de 2,4%.

L’harmonisation des comptes de taxes entre les anciens territoires d’avant les fusions municipales sera réalisée en 2015 pour le secteur des propriétés non résidentielles. En ce qui a trait au secteur résidentiel, cette échéance sera atteinte en 2018. Resteront ensuite les dettes cumulées des anciennes villes, qui s’épongeront d’elles-mêmes au fil des ans. Il y aura donc des variations entre les districts des différents arrondissements, la plus faible à 0,7% pour Loretteville et la plus forte à 4,7% pour Vanier.

«À l’image des années précédentes, nous maintenons l’équilibre, en limitant à l’inflation prévue l’augmentation moyenne de la taxe résidentielle, en tout respect de la capacité de payer des contribuables», souligne le maire de Québec, Régis Labeaume, rappelant que 71% du budget de fonctionnement de la Ville provient des revenus fonciers.

Concernant les immeubles non résidentiels, la Ville a choisi, pour 2015, de réduire de moitié la hausse supplémentaire de taxes qui était de 1% dans les années antérieures. Ainsi, l’augmentation des taxes des immeubles non résidentiels sera seulement de 0,5% supérieure à l’inflation projetée, soit de 2,3%.

Sur le plan organisationnel, les dépenses des services municipaux et des arrondissements totalisent 686,8M$, une hausse de 1,9%. Des compressions budgétaires de l’ordre de 15,6M$ sont intégrées au budget et visent tous les départements sans toucher les services aux citoyens. À noter que les ajustements salariaux liés aux nouvelles conventions collectives s’élèvent à environ 20M$ pour les années 2011-15.

Le maire Régis Labeaume et le vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien, parlent d’un budget dans la continuité. Ils se félicitent que les efforts de rationalisation se poursuivront à l’avenir et que, dès 2016, la dette cumulée de la Ville commencera à diminuer. Par ailleurs, le manque à gagner de 20M$ imputable au nouveau pacte fiscal transitoire sera épongé par les surplus accumulés (10M$), des compressions budgétaire supplémentaires (7M$) et l’attrition des effectifs (un départ sur trois).

«L’ensemble des services et des arrondissements travaillent à devenir plus efficaces et revoient leurs procédures. Cela se fait, entre autres, en décloisonnant leur fonctionnement et par l’implantation de la méthode LEAN pour accroître leur performance organisationnelle», indique M. Julien.

Facture de taxes municipales

Répartition de la facture foncière par secteur pour une résidence de 262 000$ :

Vanier = 2638$ (+119 ou 4,7%)

Lac-Saint-Charles = 2705$ (+85$ ou 3,2%)

Sillery = 2722$ (+80$ ou 3%)

Beauport = 2735$ (+82$ ou 3,1%)

Charlesbourg = 2740$ (+84$ ou 3,2%)

Sainte-Foy = 2752$ (+53$ ou 2%)

Québec = 2922$ (+64$ ou 2,2%)

Saint-Émile = 2722$ (+54$ ou 2%)

Cap-Rouge = 2840$ (+65$ ou 2,3%)

Loretteville = 2920$ (21$ ou 0,7%)

Val-Blair = 3051$ (+50$ ou 1,7%)

Lire aussi la réaction de l’oppostion à l’hôtel de ville

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *