Actualités
00:43 1 avril 2014 | mise à jour le: 1 avril 2014 à 00:43 temps de lecture: 3 minutes

Un concept de structure en bois choisi

PASSERELLE. La Ville de Québec a présenté aux citoyens son projet final de passerelle reliant Saint-Sauveur et Saint-Roch à Vanier. Comme prévu, la structure cyclopédestre surplombera la rivière Saint-Charles. La Ville souhaite que ce lien soit ouvert à l’année et d’une largeur de quatre mètres. Dans la salle, le sculpteur Florent Cousineau a suggéré que le jumelage d’un artiste et d’un ingénieur amènerait une valeur ajoutée.

Lire aussi: Des résidents de Vanier souhaitent voir la sécurité rehaussée

Quant à son emplacement, l’axe choisi est l’artère Monseigneur-Plessis et le parc Victoria. D’autres sites ont aussi été évalués, notamment les rues Carillon et Renaud, du côté de Saint-Sauveur. Une série de critères a été prise en compte comme la largeur de la rivière, la localisation par rapport aux centres d’intérêt, le point d’ancrage et l’impact écologique.

«Dans le cas de Monseigneur-Plessis, l’aménagement est pratiquement parfait», a expliqué Jean Jobin du Service de l’aménagement du territoire. Très peu d’interventions seront nécessaires, selon lui. Par ailleurs, le coût estimé d’une passerelle dans l’axe de la rue du Carillon est de 2,8 M$ comparativement à 1,6 M$ sur Monseigneur-Plessis. Le concept choisi est une structure en bois agissant se voulant un repère visuel. La construction est projetée pour 2015, a confirmé Chantal Gilbert, élue du district Saint-Roch et Saint-Sauveur.

Lors de la période de questions, Florent Cousineau a lancé l’idée d’ajouter une plus-value à ce pont en le bâtissant avec, en tête, de le rendre artistiquement marquant. Cette idée a plu au Comité des résidents du secteur Bourdages. Les citoyens du regroupement souhaitent que la passerelle devienne un attrait qui vaudra le détour. M. Cousineau a aussi suggéré la présence d’un belvédère afin de donner la chance à tout le monde de profiter du point de vue. «Tant qu’à investir, pourquoi ne pas se servir de la passerelle pour attirer des gens? Le parc linéaire est superbe, le secteur de Place Fleur de Lys est revitalisé. Il faut que la passerelle soit pensée dans le même sens», fait valoir la porte-parole du Comité des résidents du secteur Bourdages, Josée-Marie Couture.

Dans le cadre de la présentation aux citoyens, un second projet de passerelles est dans les cartons. Il s’agit d’un  axe rejoignant la 8e rue et le secteur de Pointe-aux-Lièvres.

Un coût évalué à la hausse

-Lors des élections 2013, Équipe Labeaume a évalué le projet à 1,5 M$

-Plus de 1,65M$ ont été budgétés en 2012-2013 pour l’aménagement de la structure Bourdages-Victoria et 500 000$ sont ajoutés au Programme triennal d’immobilisation (PTI) pour l’année 2014.

-La Ville a investi 1 530 000$ pour la construction de la passerelle du Buisson dans Duberger-Les Saules en 2012. Le coût estimé

À lire aussi:

Les parcs, les pistes cyclables et les artères au centre des investissements

Une nouvelle passerelle au-dessus de la rivière Saint-Charles

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *