Actualités
16:48 9 octobre 2014 | mise à jour le: 9 octobre 2014 à 16:48 temps de lecture: 4 minutes

Deux candidats à la présidence: qui prendra la relève?

ÉLECTIONS SCOLAIRES. Pour la première fois, les électeurs pourront voter pour le candidat briguant le poste à la présidence de la Commission scolaire de la Capitale. Auparavant, un vote interne parmi les commissaires avait lieu. Deux personnes sont dans la course pour remplacer la présidente sortante, Murielle Gingras. Il s’agit de Robert Martel et de Manon Robitaille.

Robert Martel

Robert Martel est commissaire depuis 2007 à la Commission scolaire de la Capitale. Il a par le passé été professeur aux écoles secondaires Roger-Comtois et Neufchâtel. Il a été conseiller municipal à Loretteville pendant huit ans et candidat avec Démocratie Québec aux dernières élections municipales pour le poste de conseiller de Loretteville/Les Châtels.

Quel changement souhaitez-vous? «Au niveau citoyen, c’est d’enlever les élections scolaires. Si on commençait nous-mêmes par ces 20 M$, on pourrait prendre ces sommes-là pour les services aux élèves et stabiliser les taxes. Du côté des élèves, l’intimidation. On devrait être dans la prévention. Il y a peut-être quelque chose à faire de plus.»

Que pensez-vous de l’idée d’abolir les commissions scolaires? «Aujourd’hui, on peut abolir, mais qui va prendre en charge les services. Supposons qu’ils sont confiés à la ville, vous ne pensez pas que l’administration municipale va accepter ces tâches sans avoir besoin d’embaucher ? Les taxes scolaires vont disparaître, mais les taxes municipales vont augmenter.»

Quelle opinion avez-vous par rapport aux changements faits à l’école L’Odyssée? «On a été servile par rapport au ministère. Ne serait-ce que d’examiner l’option des modulaires. Si la commission scolaire avait demandé aux parents ce qu’ils souhaitent avoir entre des modulaires et un déménagement à L’Odyssée. Une école s’impose dans le bassin de Val-Bélair.»

Manon Robitaille

Manon Robitaille se présente avec une équipe de candidats aux différents postes de commissaires. Mme Robitaille est présidente de conseils d’établissements primaires et secondaire depuis 2002. Elle a été désignée comme commissaire-parent depuis 2011 au conseil des commissaires de la CSC.

Quel changement souhaitez-vous? «Les rôles sont à revoir. Au niveau de la gouvernance, on doit assumer un “leadership” politique pour améliorer notre système d’éducation, se faire reconnaître à notre juste valeur à tous les niveaux. On a aussi besoin d’être plus présent et à l’écoute pour assurer une représentativité et bien répondre aux besoins de la population.»

Que pensez-vous de l’idée d’abolir les commissions scolaires? «Ce serait faire un pas en arrière. Qui assurera la répartition équitable des ressources? Si on décentralise, on s’en va au même titre que le privé. Qui va répartir en fonction des besoins des milieux pour donner à l’ensemble de notre clientèle les meilleurs moyens de réussir?»

Quelle opinion avez-vous par rapport aux changements faits à l’école L’Odyssée? «Je suis de Val-Bélair. J’étais présidente du conseil d’établissement à l’Odyssée à l’époque. Dans l’ensemble, on a fait nos devoirs. L’administration a proposé une solution pour maintenir nos jeunes dans le milieu. Étant donné que l’école L’Odyssée pouvait accueillir des jeunes au lieu de les disperser, on aura plus de poids auprès du ministère [puisque c’était une demande de sa part]. Cependant, ça prend une nouvelle école. Il aurait peut-être fallu présenter l’ensemble des scénarios au lieu de proposer une solution déjà déterminée.»

Pour en savoir plus sur les candidats aux postes de commissaires:

visitez le site de la Commission scolaire: http://www.cscapitale.qc.ca/Liste33candidatsparcirconscription

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *