Actualités
16:39 28 novembre 2014 | mise à jour le: 28 novembre 2014 à 16:39 temps de lecture: 3 minutes

«On n’a pas menti. On ne ment jamais à la population»-Régis Labeaume

COFFRE-FORT. «La vérité, c’est ça. On travaille à temps plein avec Almerys. Depuis le début, c’est eux et c’est encore eux qui sont contrôlés par Orange. Le reste, ce sont des compagnies de façade. […] L’évidence c’est que l’on travaille avec Almerys», a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume. Ce dernier a voulu clarifier le casse-tête chinois, soit la situation quant au rôle du Groupe Orange, d’Almerys, d’EBEE et d’Asentri dans le projet de coffre-fort virtuel ainsi que le bunker.

M. Labeaume répond ainsi à la sortie des trois élus de l’opposition ayant dévoilé une lettre du Groupe Orange au début de la semaine. Dans une lettre envoyée à Paul Shoiry, le chef de l’opposition, l’entreprise européenne nie toute implication dans les deux projets à Québec.

«En affaire, on appelle ça des compagnies reliées, apparentées», a précisé Régis Labeaume. […] Depuis le début, on travaille avec les gens d’Almerys. Les gens d’Almerys sont au même bureau qu’Orange. […] Depuis le début, on fait affaire avec Laurent Caredda, président d’Almerys», a fait valoir le maire. Laurent Caredda est le président d’Almerys, d’Asentri, de G2S et de EBEE. Enfin, Almerys est détenu à 64% par le Groupe Orange et 36% par GS2.

Coffre-fort virtuel

La Ville a déboursé pour l’instant 1,5 M$ dans le cadre de son projet de coffre-fort virtuel. En janvier, la Ville prendra une décision quant à a poursuite ou non du volet Coffre-fort virtuel citoyen. «On ne sent pas que les citoyens sentent qu’ils ont besoin de ça. […] Il n’y a pas d’appétit pour cela», a mentionné Régis Labeaume.

En ce qui a trait au volet à l’interne, un projet pilote est en cours pour Tourisme/Grands événements, a confirmé le directeur général adjoint Innovation et du service de soutien, Daniel Beaudet. Les transactions avec les promoteurs sont effectuées à l’aide du nouvel outil évitant ainsi les délais et les démarches d’envoi lors des signatures. La Ville espère pouvoir utiliser le même processus éventuellement pour les appels d’offres. «L’objectif est d’éliminer du temps de transaction. On est en train de le tester. On a fait sauter 57% des étapes», confirme Régis Labeaume.

Bunker

Du côté du projet de bunker, le dossier avance selon la Ville. «Mercredi, on a voté la vente d’un terrain à EBEE», a rappelé M. Labeaume. Le lot est situé dans le parc Colbert. M. Labeaume a assuré que la Ville a encaissé 152 000$ cette semaine.

Lire aussi:

Coffre-fort virtuel: l’opposition souhaite l’abandon

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *