Actualités
19:23 14 mai 2013 | mise à jour le: 14 mai 2013 à 19:23 temps de lecture: 3 minutes

Une première semaine de l’itinérance à Québec

Après la Nuit des sans-abri, une nouvelle initiative est mise sur pied afin de sensibiliser la population à l’itinérance. Une première «Semaine de l’itinérance; Les nuances de ma rue» a été lancée mardi à Québec. La campagne est notamment organisée par la Regroupement pour l’Aide aux Itinérantes et Itinérantes de Québec (RAIIQ).

Cette première semaine à Québec vise à faire davantage connaître la situation. «On a un phénomène particulier à Québec. Qui est la question de l’errance, l’instabilité résidentielle qui est de l’errance invisible. Il a une pression accrue dans les groupes, ils nous disent qu’il y a un achalandage de plus en plus important», explique le coordonnateur du RAIIQ, Frédéric Keck. Du 14 au 16 mai, des activités sont tenues dans la ville. Le 15 mai, une tournée des organismes aura lieu de 8h30 à 16h30. Un panel de réflexion intitulé «Les visages de l’itinérance à Québec» est prévu le 16 mai et une soirée de clôture le 17 mai. En plus d’un vernissage d’œuvres créées par les artistes itinérants et à risque, des prestations musicales viendront clore cette première édition 2013. Mélissa Bédard, l’ex-académicienne de Saint-Émile, sera sur place. Elle fait aussi partie des personnalités ayant prêté sa voix et son image à la cause dans le cadre de capsules.

Itinérance

La Cité-Limoilou est un secteur à Québec fortement touché. Cependant avec les importantes actions visant la revitalisation notamment dans Saint-Roch et en Haute-Ville, l’itinérance s’est déplacée vers Beauport, Saint-Sauveur, Limoilou, Vanier et même Charlesbourg. «Je pense aussi à Loretteville et Neufchâtel, note Frédéric Feck. Il y a des enjeux là-bas également. Il y a des services qui se déplacent vers ces populations-là, mais reste qu’il y a un noyau plus important au centre-ville.»

En 2012, le RAIIQ dénombre 28 000 nuitées en hébergement d’urgence à Québec et 1350 repas par jour ont été servis. Le Parti québécois a annoncé plus tôt cette année la mise en place d’une Politique gouvernementale de lutte à l’itinérance. Une mesure attendue par les organismes communautaires du milieu. La ministre déléguée aux Services sociaux et à la protection de la jeunesse, Véronique Hivon, a confirmé que la plate-forme est en construction et s’est dite inquiète de l’orientation du gouvernement fédéral au sujet de son mode unique de financement. «Il a décidé de financer en fonction du logement d’abord», déplore Mme Hivon au sujet de la Stratégie de partenariat de lutte contre l’itinérance (SPLI).

Deux extraits d’entrevues sont en ligne. Il s’agit du coordonnateur du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec, Frédéric Keck.

Extrait 1 et Extrait 2

 

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *