Actualités
15:30 2 mai 2013 | mise à jour le: 2 mai 2013 à 15:30 temps de lecture: 3 minutes

Football: Les Aventuriers victimes de leur succès

L’école institutionnelle de l’Arc-en-ciel et de l’Aventure lance la serviette. Faute d’avoir atteint un nombre suffisant d’enfants inscrits au programme football-études, ce volet d’enseignement est abandonné pour l’année 2013-2014.

«Je suis très déçu», a mentionné l’adjoint à la direction de l’établissement scolaire et responsable du projet, Maxime Simard. Normalement, 24 places sont disponibles pour des élèves de cinquième et sixième années. Cette année, les familles intéressées ne se sont pas bousculées aux portes et la période d’inscription a été repoussée afin de donner une seconde chance. Des discussions ont eu lieu avec d’autres directions d’écoles de la Commission scolaire de la Capitale, mais en vain, le nombre minimal de joueurs n’a pas été atteint.

Le programme a visiblement été victime de son succès avec l’arrivée d’une Ligue de football primaire de la Commission scolaire de la Capitale. Depuis l’an passé, une dizaine d’écoles de La Cité-Limoilou ainsi que de la Haute-Saint-Charles proposent cette discipline en activité parascolaire. «Je pense que l’émergence et l’accessibilité du football, c’est une raison. Le parascolaire est moins coûteux, c’est peut-être plus alléchant», confirme M. Simard.

L’équipe Les Aventuriers est formée au début de l’année scolaire. La vingtaine d’élèves reçoivent l’enseignement académique en classe. Une période et demie d’éducation physique est ajoutée à leur horaire. L’éducateur physique peut ainsi travailler, en collaboration avec les entraîneurs, les éléments du football. Cependant, la direction songe à proposer la discipline en activité parascolaire. Une décision sera prise au cours des prochains mois.

Déception au sein des parents de joueurs

Mélanie Turbide, une maman de joueurs, est très triste de cette perte. «C’est un programme adapté pour les garçons», soutient-elle déplorant son manque de visibilité. Cette dernière demeure convaincue que des enfants auraient pu être intéressés s’ils avaient su que l’établissement scolaire offre du football-études.

Danny Bélanger a été séduit par le football-études tout comme Patrice Gonthier, deux pères de joueurs. Même si M. Bélanger réside Beauport, il a inscrit son jeune garçon à l’établissement scolaire de Loretteville. Le temps de transport n’a pas freiné le père persuadé du potentiel du programme pour son garçon. «Ils ont un encadrement scolaire et sportif. Ces notes ont augmenté beaucoup. Je pense que le football a joué un rôle», explique-t-il. Son fils entrera au secondaire l’an prochain, il rêve d’intégrer les rangs des Patriotes comme ses coéquipiers.

 

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *