Actualités
17:43 21 mai 2013 | mise à jour le: 21 mai 2013 à 17:43 temps de lecture: 3 minutes

Coffre-fort virtuel à Québec: 30 000 citoyens invités

L’administration Labeaume invite 30 000 contribuables des villes de Québec, Saint-Augustin-de-Desmaures et de L’Ancienne-Lorette à tester le projet-pilote de coffre-fort virtuel, venant d’être lancé.

Les citoyens qui vont essayer pendant trois ans – jusqu’au 27 mai 2016 – la plateforme technologique pourront archiver et transmettre des documents numériques hautement sécurisés à la Ville de Québec ou à d’autres abonnés.

Ainsi, les usagers pourront s’inscrire à des cours de loisirs, payer des taxes ou demander un permis de construction sans avoir à se déplacer. Les documents conserveront leur originalité et posséderont une valeur légale. En effet, en plus d’avoir une signature numérique, ceux-ci seront horodatés et munis d’une empreinte cryptée.

«Pour chaque session, il y aura un mot de passe à usage unique. De plus, chaque échange sera signé par un tiers de confiance», assure Jean-Marie Tirbois, chargé de projet chez Almérys. Les utilisateurs pourront se servir d’un ordinateur muni d’un lecteur de carte à puce ou d’une tablette avec lecteur de carte à puce externe pour accéder à leur coffre-fort virtuel. Outre la réduction de la conservation des archives, le système permettra aussi d’avoir un gain de productivité.

Mais pourquoi un projet-pilote de trois ans? «C’est un projet qui a un niveau de sécurité secret défense. Nous avons dû régler des problèmes majeurs et plusieurs centaines de personnes y travaillent depuis de nombreuses années», a fait valoir Laurent Caredda, président d’Almérys.

Dans le cadre du projet-pilote, chaque utilisateur disposera gratuitement d’un espace personnel d’archivage d’une capacité d’un gigaoctet. Au-delà d’un gigaoctet, il devra acheter des gigas supplémentaires.

Port d’attache nord-américain

Almérys, filiale d’Orange, est la seule entreprise à offrir pour l’instant une telle technologie. Le maire de Québec, Régis Labeaume, voit dans cette exclusivité un fort potentiel économique. «On veut Orange, d’une manière ou d’une autre. On souhaiterait être ici le port d’attache nord-américain. La construction d’un bunker au coût de 30 M$ se fera possiblement dans l’espace Michelet», a-t-il avancé.

«Le bunker servira à stocker les données de 60 à 80 millions de personnes. Ça pourrait être construit dès 2014», a indiqué M. Caredda.

Abonnements

L’abonnement se fait en trois étapes. D’abord, le citoyen doit s’inscrire en ligne au www.ville.quebec.qc.ca/coffrefort. Ensuite, il a rendez-vous dans un bureau d’arrondissement pour vérifier son identité et son admissibilité. C’est à ce moment que lui est remis le matériel requis (carte à puce et lecteur de carte).

L’activation du coffre-fort a lieu lors de la première connexion. L’abonnement en ligne est commencé. Les rendez-vous dans les bureaux d’arrondissement commenceront le 27 mai.

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *