Actualités
16:11 19 février 2013 | mise à jour le: 19 février 2013 à 16:11 temps de lecture: 4 minutes

Des gens d’action à Val-Bélair pour faire connaître les ressources

Val-Bélair est l’un des quartiers à Québec où la population subit une croissance importante et majeure. De nouveaux commerces ouvrent, des parcs supplémentaires sont aménagés, les classes sont bien bondées et quelques projets immobiliers sont dans l’air. En parallèle à cette métamorphose que vit le secteur, une douzaine d’intervenants sociaux se sont regroupés afin d’unir leurs forces et leurs idées. Group’Action Val-Bélair vise à créer un réseau en vue de soutenir des initiatives locales et faire connaître les ressources existantes.

Le regroupement est né à la suite de la présentation du portrait de défavorisation de Val-Bélair par l’organisateur communautaire au Centre de Santé et de services sociaux (CSSSS) Québec-Nord, Bernard Lafrance. «Ce qui a surpris c’est que des zones de défavorisation avaient augmenté depuis 2001», expose celle ayant pris le relais de M. Lafrance, Michèle Tardif. L’état des faits, soit la diminution des conditions sociales et la hausse de la pauvreté, a été un catalyseur.

Selon les données de Recensement 2006 de Statistique Canada, la communauté locale du centre-ville Nord du quartier détient le plus bas revenu moyen de l’arrondissement. Il est de 27 266$. La moyenne de la population de Val-Bélair est de 29 986$. Plus de 24% des résidents du territoire ne possèdent pas de diplôme d’études secondaire. Enfin, le centre-ville Nord du quartier détient la plus haute proportion de résidents à vivre une situation de défavorisation matérielle et/ou sociale (40%).

Group’Action Val-Bélair a été formé dans le but de permettre à la population d’aller chercher les services et en développer de nouveau. Il vise ainsi à devenir le point de référence pour la population. Des priorités ont été identifiées à court, moyen et long termes. «L’idée est de travailler dans une vision commune», fait valoir Mme Tardif. Par exemple, les intervenants de Group’Action Val-Bélair ont donné leurs appuis à l’arrivée de travailleurs de rue, un projet de la Maison des jeunes L’Escapade nécessitant l’obtention de crédits. La réalisation a eu lieu et depuis décembre, deux intervenants ont été embauchés dans le quartier.

Un portrait des ressources a également été fait. Le regroupement souhaite maintenant mieux faire connaître les services à la disposition des Bélarois. Parmi les constats, Group’Action Val-Bélair confirme que plusieurs organismes ont pied à terre à l’extérieur du district. Afin de favoriser le transport en commun, mais également pour faciliter l’accès aux organismes à l’extérieur du quartier, des améliorations aux transports en commun sont notamment souhaitées. Regrouper les ressources sous forme d’un Patro est l’un des rêves projeté par Group’Action Val-Bélair. «Quand tu te regroupes, ça donne les moyens», ajoute Michèle Tardif.

Les intervenants proviennent de différentes sphères. Le Carrefour jeunesse-emploi Chauveau, le Centre de santé et de services sociaux Québec-Nord, le conseil de quartier, les écoles Amédée-Boutin et Jules-Émond, H2GO, la Maison des jeunes de Val-Bélair Escapade, la paroisse Saint-Martin, la Saint-Vincent-de-Paul, la Ville de Québec – Arrondissement de la Haute-Saint-Charles et le Service d’accueil, de référence, de conseil et d’accompagnement de la Commission scolaire de la Capitale (SARCA) sont représentés. Une image a été créée afin d’identifier le regroupement. Les trois bulles différentes représentent symboliquement les partenaires sociaux, publics, communautaires et citoyens. D’ailleurs, les Bélarois souhaitant s’impliquer peuvent le faire en contactant l’organisme.

Pour entrer en contact avec Group-Action Val-Bélair, vous pouvez appeler Michèle Tardif au 418-842-9191-7809.

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *