Actualités
20:48 12 novembre 2013 | mise à jour le: 12 novembre 2013 à 20:48 temps de lecture: 5 minutes

L’Odyssée prise dans la tempête

Le personnel et les élèves de l’école secondaire L’Odyssée se retrouvent au centre d’une tempête – voire de dénigrement. Rappelons la situation de braquage contre le transfert d’élèves du primaire jugés trop jeunes pour subir de mauvaises influences.

«Le sentiment d’appartenance par rapport à l’école est très fort alors que c’est sûr que c’est plus un sentiment de tristesse d’entendre tout cela. Puis, d’incompréhension. Les jeunes ne comprennent pas. Ce n’est pas ce qu’ils vivent», déplore la directrice de l’établissement, Johanne Bissonette.

Tout un chacun semble avoir son opinion sur le passé, le présent et le futur de L’Odyssée. Des parents ont même menacé de déménager notamment à travers les médias sociaux. Des gens s’interrogent tout haut sur les raisons pour lesquelles l’école secondaire n’est pas remplie à pleine capacité. D’autres parlent de sa réputation.

Le Regroupement «Non au primaire à L’Odyssée» a tenu une marche et participe activement aux différentes réunions d’information. Ils s’opposent à envoyer leurs enfants de cinquième et sixième années de niveau primaire à l’école secondaire dans le cadre d’un projet de transfert. Ce dernier est étudié présentement par le conseil des commissaires. Il s’agit de la solution proposée par la Commission scolaire de la Capitale (CSC) afin de pouvoir faire face à l’importante vague d’enfants entrant à la maternelle au cours des prochaines années à Val-Bélair. La demande de construction d’une nouvelle école n’ayant pas été autorisée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), un changement de cycles a été proposé.

Ce transfert rassemblerait les enfants de cinquième et sixième année du primaire avec les élèves de première et de deuxième du secondaire dans l’école L’Odyssée. «Par rapport au personnel enseignant, ils peuvent entendre ce qu’on entend tous et on imagine les répercussions, mais de façon générale, oublions ce qui se dit. Ce qui est complètement faux. Centrons-nous sur ce qui se vit ici et sur l’avenir. Avec le projet de modifications de cycles, l’équipe-école l’accueille très favorablement», fait valoir Mme Bissonette. Cette dernière soulève l’opportunité de travailler davantage, par exemple, le passage primaire-secondaire.

Une offre de service mise en place par un comité

L’offre du service constitue une partie des craintes des parents. La Commission scolaire confirme qu’un comité rassemblant les conseils d’établissements comprenant des parents, les directions et du personnel enseignant sera formé afin d’amalgamer le tout. «La grille-matière est presque toute prescrite par le ministère», mentionne la directrice générale adjointe aux affaires éducatives, Johanne Chenard. Les autres programmes, à l’exception de celui prescrit par le MELS, sont suggérés par les conseils d’établissement, ajoute Mme Chenard.

La présidente de la CSC répond à Éric Caire

La présidente de la Commission scolaire de la Capitale, Murielle Gingras, répond aux propos du député de La Peltrie, Éric Caire, tenus en entrevue avec L’Actuel. Elle rappelle que ce sont les députés qui ont adopté le projet de loi no 86 en juin 2010 reportant ainsi la date de l’élection scolaire générale de novembre 2011. Le décret a été ensuite adopté par l’Assemblée nationale statuant sur la tenue d’élections en 2014.

«Avant d’essayer d’influencer la population, il devrait réfléchir avant de dire n’importe quoi. Dans le dossier de Val-Bélair, M. Caire n’a aucune solution. Sa solution, c’est de pelleter en avant. Il se donne du capital politique sur le dos des citoyens de Val-Bélair», a-t-elle indiqué précisant que ça crée un climat malsain.

Quant à l’idée des roulottes, Mme Gingras fait valoir qu’il s’agit d’une solution temporaire habituellement utilisée lorsque la construction d’une nouvelle école est autorisée par le MELS. «Ça coûte de l’argent. Pourquoi nous mettrions des modulaires si nous avons 350 places disponibles», mentionne la présidente. La solution ne tient pas la route, selon elle.

Dépôt des mémoires

Les personnes souhaitant manifester leurs opinion concernant le projet de transfert d’élèves de niveau primaire à l’école secondaire L’Odyssée pourront le faire le 25 novembre à 19h dans le cadre de l’assemblée publique de consultation sur la modification de l’ordre d’enseignement à l’école secondaire l’Odyssée et de modification de cycles d’enseignement aux écoles à l’Orée-Bois, Jules-Émond/Amédée-Boutin et secondaire l’Odyssée. Les commissaires feront connaître leur décision le 21 janvier à 19h30.

Pour lire l’article écrit au sujet de la position d’Éric Caire: «Les commissaires n’ont pas la légitimité de décider» – Caire; Des parents marchent pour s’opposer aux changements de cycles; Transfert d’élèves à Val-Bélair: une première étape franchie; et Des changements de cycles dans des écoles de Val-Bélair critiqués

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *