Actualités
14:41 11 septembre 2013 | mise à jour le: 11 septembre 2013 à 14:41 temps de lecture: 3 minutes

Référendum: le suspense se poursuit jusqu’au 2 octobre

Les élus annonceront le 2 octobre prochain s’ils abandonnent la modification du zonage du terrain de l’ancien golf de Val-Bélair ou s’ils vont de l’avant avec un référendum. D’ici là, le conseiller municipal de Val-Bélair, Sylvain Légaré, compte consulter ses collègues.

Encore lundi, le sujet a occupé une bonne partie des deux périodes de questions de la séance d’arrondissement de la Haute-Saint-Charles. Des citoyens comme Raynald Barbeau, Pierre Malette et Pierre Lapointe ont pris la parole afin d’exprimer leur désarroi. Les trois Bélarois aidés de Jean Hudon et de Stéphane Hamel ont d’ailleurs fait du porte-à-porte au cours des dernières semaines afin d’informer les résidents habiles à signer le registre.

Leur action semble avoir porté ses fruits. Lors de l’ouverture du registre quant à l’adoption d’un règlement visant à approuver un plan de construction sur l’ancien terrain de golf à Val-Bélair, le 5 septembre, 202 personnes se sont déplacées pour signer le document. Un minimum de 120 signatures était requis afin qu’un référendum soit tenu.

Près de 165 unités de type jumelé et en rangée pourraient être construites. «Ils ne sont pas à l’écoute des citoyens», fait valoir Raynald Barbeau. Le groupe de citoyens opposé au développement résidentiel craint principalement une hausse du trafic. Pierre Lapointe doute que les infrastructures suffisent et que la circulation soit difficile dans le secteur qu’il habite.

«C’est zoné vert et ils veulent tout raser», déplore de son côté Jean Hudon. Le terrain a été laissé à l’abandon depuis la fermeture du club de golf. L’apparence du bâtiment principal est critiquée et du vandalisme y a été commis par le passé.

Pierre Malette, pour sa part, croit qu’une discussion de fond devrait être enclenchée. «Avant de négocier le nombre d’unités, on devrait négocier la vocation du terrain», note-t-il. Comme lors de la séance d’arrondissement au début de l’été, l’idée de transformer le site en parc public a été relancée.

Lors de la séance du conseil d’arrondissement, Sylvain Légaré, vertement critiqué par certains citoyens opposés au projet immobilier, a souhaité remettre les pendules à l’heure. Alors que Raynald Barbeau lui a reproché de n’avoir pas fait de porte-à-porte pour expliquer le concept de 165 unités, le ton a monté. «Ce n’est pas le projet de la Ville. C’est le projet d’un promoteur», a rectifié M. Légaré. Quoi qu’il soit, les citoyens connaîtront la décision finale des élus le 2 octobre.(I.C.)

Pour en savoir plus, vous pouvez lire les trois articles écrits à ce sujet cet été:

Projet immobilier sur l’ancien golf à Val-Bélair: craintes des citoyens

 ou

Projet immobilier sur l’ancien golf à Val-Bélair contesté officiellement par quatre zones du secteur

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *