Actualités
11:00 25 janvier 2019

Adopter ou recevoir un animal – Une implication à long terme

Adopter ou recevoir un animal – Une implication à long terme
Simon Côté note que ce sont les chats qui sont le plus abandonnés (Photo Métro Média – Alain Couillard)

ANIMAUX. Recevoir un animal et s’en occuper sont deux éléments indissociables. Et comme la période des Fêtes est parfois l’occasion d’en recevoir un, il faut savoir que s’en occuper n’est pas toujours une mince affaire et que l’investissement en temps peut se comptabiliser en années et non en semaines. Voici quelques conseils pour éloigner la solution de l’euthanasie.

Un chat qui a déjà été sociabilisé trouve plus facilement une famille d’accueil. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Il arrive parfois que l’arrivée d’un animal dans un foyer paraisse plus facile que ce qui était prévu initialement. Une personne peut développer une allergie alors qu’une autre n’a finalement pas le temps nécessaire pour s’occuper de l’animal. Samuel Côté est propriétaire des Fidèles Moustachus, un refuge pour animaux domestiques qui se veut une maison de transition, l’objectif étant de leur trouver une nouvelle famille. Il donne en exemple un couple de personnes âgées qui a adopté un petit Jack Russel qu’il trouvait beau. «C’est un chien qui a besoin d’exercice idéalement avec une personne sportive. C’est certain que l’animal ne correspondait pas à leur besoin.»

Il rappelle qu’avant de permettre l’adoption d’un animal provenant du refuge, tout est fait pour assurer son bien-être. «On regarde toujours le profil de la famille intéressée. Est-ce que ce sont des personnes actives, y a-t-il ou non des enfants ou sont-ils souvent en vacances?» M. Côté souligne que l’animal est placé parfois dans un milieu bien différent.

Abandons

Installé depuis huit ans sur le boulevard de l’Ormière et trois ans sur la rue Philippe-Paradis, Les Fidèles Moustachus opère le service animalier pour la Ville de Québec depuis 2016. Celui de la rue Philippe-Paradis regroupe des animaux qui ont été trouvés dans les rues, certains sont vieux et d’autres agressifs. Une grande partie des animaux abandonnés sont des chats, précise M. Côté. «Il y a un gros problème généré par des chats sauvages errants dans le grand centre urbain de Québec. Un chat abandonné qui a connu l’humain va redevenir sauvage, mais s’il est à nouveau adopté il sera possible de le réapprivoiser.»

«Il y a malheureusement beaucoup d’abandons parce qu’il y a eu beaucoup d’adoptions qui n’auraient pas dû être faites.»
-Simon Côté

Le DG souligne que plusieurs plans sont mis en place afin de contrer le problème des chats abandonnés. «Je ne connais pas de méthode magique, mais la clé passe par beaucoup de sensibilisation, de prévention et de stérilisation. Il faut faire comprendre aux gens qu’au moment où l’on adopte un chat, c’est pour la vie. Tu ne laisses pas aller ton chat dehors s’il n’est pas stérilisé. Juste cela réglerait des problèmes.»

Les animaux sont bien installés dans des cages individuelles. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Il déplore le fait que plusieurs propriétaires ne prennent pas leur responsabilité afin de faire euthanasier leur animal ou s’en départir. «Ils préfèrent les abandonner et c’est nous qui allons devoir gérer la situation.» De plus, lorsqu’une intervention policière concerne des animaux, une équipe du refuge est appelée afin de récupérer tous types d’animaux tels des chats, des chiens, des serpents, des rats et même des poules.

Invité à commenter les morsures, Samuel Côté souligne que ce sont souvent les petits chiens qui mordent le plus. «Les gens ne vont pas nécessairement à l’hôpital, car si on regarde dans les statistiques, le pit-bull n’est pas celui qui mord le plus, mais chaque fois qu’il mord cela fait les médias.» Un mémoire de l’Association des médecins vétérinaires du Québec, déposé à l’Assemblée nationale le 21 mars 2018, précise qu’en 2016 le nombre de chiens vivant dans les foyers québécois atteignait le million, une augmentation de 15% en 20 ans.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *