Actualités
23:00 22 février 2016 | mise à jour le: 22 février 2016 à 23:00 temps de lecture: 2 minutes

Moratoire sur la construction: Robko compte déposer un mémoire

IMMOBILIER. Le promoteur de Québec Les Développements Robko avoue avoir «hâte de savoir ce qui va arriver» dans le dossier du moratoire sur la construction, décrété en décembre par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) pour protéger entre autres le lac Saint-Charles.

Le copropriétaire de Robko Ralph Koehler a d’ailleurs laissé savoir son intention de déposer un mémoire sur le sujet d’ici quelque jours, en marge d’une conférence de presse pour annoncer des investissements.

Le promoteur veut faire valoir qu’outre les nouveaux développements, la CMQ doit aussi se pencher sur les dommages faits dans le «passé». M. Koehler est d’avis que protéger les bassins versants n’a rien de mauvais, mais soutient aussi que les fosses septiques sont un contaminant important.

Le développement d’environ 400 terrains propriété de Robko situés à Lac-Saint-Charles et Val-Bélair est actuellement sur la glace en raison du moratoire, affirme M. Koehler.

Sur le même sujet: Lac Saint-Charles: un moratoire de trois mois sur la construction adopté

«Virage vert»

Les Développements Robko ont par ailleurs annoncé entamer un «virage vert» grâce à l’acquisition de l’usine Fermco de Saint-Adelphe. L’achat consolidé l’été dernier au coût de 2 millions de dollars permet à Robko de se lancer dans la fabrication de fermes de toit, de poutres et de murs, dans le but de «mieux contrôler» la qualité des matériaux et les échéanciers de ses projets, mais aussi de recycler ses rebuts de construction.

Ainsi, l’équivalent de 22 bacs d’ordures par jour de rebuts sera transformé en panneaux de fibres ou en ossatures de bois par l’usine, qui offrira d’ailleurs ses services de pré fabrication à l’ensemble du marché québécois.

Bon an, mal an, Robko estime vendre entre 100 et 150 unités.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *