Actualités
16:06 1 mars 2016 | mise à jour le: 1 mars 2016 à 16:06 temps de lecture: 3 minutes

Le moratoire sur la construction maintenu jusqu’à nouvel ordre

DÉVELOPPEMENT. Le moratoire de 90 jours sur la construction dans la couronne nord de Québec sera maintenu au-delà de la date d’échéance du 17 mars, initialement fixée par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Le Regroupement des acteurs économiques du secteur immobilier compte soumettre un mémoire collectif portant sur le développement de la couronne nord de Québec, ce, en marge des mémoires individuels préparés par chacun des promoteurs. (Photo TC Media – Archives)

Le comité d’élus en charge d’élaborer le nouveau règlement pour encadrer la construction et protéger les sources d’eau potable doit présenter le fruit de son travail à l’occasion du conseil du 15 mars prochain.

La proposition sera soumise au vote du conseil et avec le feu vert de ce dernier, elle sera remise au ministère des Affaires municipales qui aura un maximum de 60 jours pour trancher, explique le porte-parole de la CMQ, Benoît Massicotte. «Pendant ces 60 jours, la résolution passée au mois de décembre a toujours cours», conclut-il.

Des élus se sentent exclus

La confidentialité qui entoure tout le processus d’élaboration du nouveau règlement est insoutenable, a réagi mardi le préfet suppléant de la MRC de la Jacques-Cartier et maire de Lac Saint-Joseph, Michel Croteau, «On a été tenus à l’écart, en termes de MRC», soutient-il.

M. Croteau ne cache pas l’urgence de la MRC à discuter avec le maire de Québec et président de la CMQ, Régis Labeaume, qui mène actuellement une tournée de rencontres dans ce dossier. «On représente des élus et on se sent un peu comme des incapables», a commenté M. Croteau, faisant valoir que «les élus ne veulent pas se faire imposer des choses auxquelles ils n’ont pas participé».

Promoteurs

Le son de cloche est par ailleurs semblable du côté des promoteurs visés par le moratoire de construction. Lorsqu’informée de la présentation du règlement prévue le 15 mars, l’avocate qui représente le Regroupement des acteurs économiques du secteur immobilier a indiqué ne pas avoir été avisée de la tenue de la rencontre.

Les promoteurs réclament d’être eux aussi inclus au débat sur la protection des sources d’eau potable, a rappelé Me Mélissa Devost, en déplorant que la lettre envoyée en ce sens  à la CMQ, au nom du groupe, n’a eu qu’un accusé de réception pour réponse.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *