Actualités
12:00 11 mars 2016 | mise à jour le: 11 mars 2016 à 12:00 Temps de lecture: 2 minutes

Château-d’Eau: Non à la subdivision des terrains

DÉVELOPPEMENT. De nouvelles règles proposent d’empêcher la subdivision des terrains du quartier Château-d’Eau, près de Loretteville, au grand soulagement de résidents qui redoutaient une densification

Dans certains secteurs de Loretteville, comme Château-d’Eau, la densification est une préoccupation «majeure» pour les citoyens, rapporte le conseil de quartier. (Carte – Archives)

Selon les ajouts aux grilles de spécification proposés par le comité consultatif d’urbanisme de la Haute-Saint-Charles, la largeur des terrains ne pourra pas aller en deçà de 19 mètres, alors qu’elle peut atteindre six mètres, ailleurs à Québec.

La résidente de la rue des Vieux-Pins, Lucie Tessier-Pleau, se réjouit de la proposition présentée au conseil de quartier de Loretteville, au début du mois. «Une majorité semblait satisfaite», rapporte-t-elle, d’autant plus heureuse que les élus aient pris le dossier en charge.

À l’automne, le conseil d’arrondissement de la Haute-Saint-Charles avait voté en faveur d’un gel des constructions de 150 jours sur des lots de 10 mètres et moins de façade, le temps de prévoir des ajouts au plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) en vigueur dans le secteur.

Propriétés dérogatoires

Le comité d’urbanisme en arrive aujourd’hui à une limite entre 19 mètres et 26 mètres après avoir fait une moyenne des largeurs de lot dans chaque zone, explique la conseillère en urbanisme à l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles, Nathalie Cournoyer.

Si le règlement est accepté dans sa forme actuelle, certaines propriétés deviendront dérogatoires, admet-elle, mais «on a prévu des articles de droits acquis pour qu’il y ait le moins d’impacts possible». Les propriétaires déjà établis pourront agrandir leurs lots et se reconstruire en cas de sinistre, assure-t-elle, mais «ils ne pourront pas subdiviser leur lot».

Un avis de motion sur la proposition devrait être donné lors du prochain conseil d’arrondissement de la Haute-Saint-Charles. Les ajouts aux grilles de spécification pourraient être adoptés vers la mi-avril, à moins qu’ils ne doivent être soumis à un référendum, note Nathalie Cournoyer. Le conseil de quartier de Loretteville a déjà donné son feu vert, à condition cependant qu’on maintienne le statuquo pour un secteur que le comité consultatif d’urbanisme suggérait de retirer du PIIA.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *