Actualités
01:49 24 avril 2016 | mise à jour le: 24 avril 2016 à 01:49 temps de lecture: 4 minutes

Airsoft: des jouets pas inoffensifs

ARMES. Parfois jouets évidents, parfois répliques parfaites d’armes à feu, les armes de type airsoft (à air comprimé)sont de plus en plus populaires. En 2015, on dénombre 122 interventions policières où des airsoft étaient présents sur le territoire de la ville de Québec. À la boutique S4 Tactical Defence, Kevin Dubois et Raphaël Savard vendent des vraies armes à feu et ont déjà vendu des armes airsoft.

Les armes à air comprimé (airsoft) touchent une population variée. Pour les passionnés, c’est une activité qu’ils nomment tantôt un sport, tantôt un «hobby» qui fait appel à l’imaginaire en se créant un personnage. Jouant aux héros, les amateurs de airsoft peuvent pourtant être auteurs ou victimes de malheureux incidents s’ils ne savent pas se servir de l’arme adéquatement.

Pour les propriétaires du magasin Raphaël Savard et Kevin Dubois, certaines personnes y jouent, car elles n’ont pas eu la chance de travailler dans la police ou l’armée comme elles l’auraient souhaité. «Alors pour eux, c’est un moyen de s’évader, on se crée un personnage, comme les jeux de rôle et ça donne de l’adrénaline», explique M. Savard.

Les motivations des joueurs

Pour certains, c’est un jouet par procuration, ils veulent jouer à la guerre. D’autres veulent s’amuser dans un contexte social. Certains passionnés du domaine militaire retrouvent un côté guerrier dans le jeu.

Parfois ce sont de vrais professionnels qui jouent. «Il y a des militaires qui jouent au airsoft parce qu’ils peuvent tirer sur quelqu’un, [lorsqu’ils sont au stand de tirs, ils tirent sur des cibles en papier], ça permet une mise en contexte, une bonne pratique. Il y a des groupes tactiques qui s’entraînent avec des airsoft», fait savoir M. Dubois.

D’après le propriétaire de la boutique, des militaires se sont déjà entraînés sur le terrain de airsoft Les aventuriers à Trois-Rivières avant d’aller en Afghanistan.

Différences avec les vraies armes

Selon ce que mettent en valeur les deux propriétaires, les airsoft ont une dimension ludique et non calculée qu’on ne retrouve pas dans le tir de vraies armes. «Il n’y a pas de paramètres à prendre en compte dans le airsoft, pas de précision requise, tu tires pour t’amuser. Le airsoft c’est plus un défouloir», fait valoir Kevin Dubois.

Les parallèles

«C’est vraiment pour se défouler, les vraies armes à feu aussi, c’est comme une échappatoire, tu ressors de là, t’es détendu. Techniquement il faut traiter ça comme une vraie arme, les jeunes sont moins informés parfois, mais quand tu traites ça, ça doit être comme une vraie arme, dans un étui, avec respect du citoyen et de tes confrères», déclare M. Savard.

Les armes peuvent être facilement confondues avec des vraies, c’est ce qui pousse les citoyens à les confondre et à appeler la police parce qu’ils croient avoir aperçu une arme à feu. Savard et Dubois soutiennent qu’ils essayaient d’éduquer les jeunes quand ils leur vendaient des armes de ce type, en leur apprenant à la tenir de façon adéquate, en la rangeant systématiquement dans une boîte comme une vraie arme, et en les informant des rudiments de sécurité entourant les airsoft. Certaines marques d’armes vont avoir des répliques en airsoft qui ne sont pas identifiables en tant que telles à moins d’ouvrir le réservoir à balles. Des répliques qui ont l’air réelles pourront coûter jusqu’à 400$.

Du paintball, puis du airsoft jusqu’aux vraies armes à feu

Les tireurs soutiennent que certaines personnes ne joueront qu’au airsoft toute leur vie, tandis que d’autres se passionneront pour les tirs d’armes à feu véritables. Les propriétaires pensent qu’il est important de ne pas empêcher aux jeunes d’avoir accès légalement au stand de tir, que cela pourrait leur créer de la frustration. «Les cigarettes c’est interdit aux mineurs, et ben dans les écoles secondaires, ça fume, c’est pareil pour les «guns», s’ils veulent vraiment ils vont trouver un moyen d’en avoir», rapporte Raphaël Savard, soutenant que les pratiques encadrées sont la meilleure façon de maintenir la sécurité et le contrôle.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *