Actualités
12:00 27 avril 2016 | mise à jour le: 27 avril 2016 à 12:00 temps de lecture: 3 minutes

Projet «TEDx»: Douze élèves de l’Académie Saint-Louis apprennent l’art de la conférence

ÉDUCATION. Les plus petits peuvent en montrer aux plus grands. L’Académie Saint-Louis a fait ce pari en organisant un événement TEDx en parallèle de son programme pour développer les aptitudes de communication de ses jeunes de 5e année.

«TEDx, c’est des personnes qui ont envie de partager quelque chose. Ça peut être autant des inventions qu’on a fait, des loisirs, des maladies. On explique comment ça marche», résume Melvyn Minard. Rien à voir cependant avec un exposé oral traditionnel, explique-t-il, du haut de ses 11 ans. «Pour ça, il faut vraiment avoir la persévérance, parce qu’on ne fait pas ça du jour au lendemain. Si on ne s’était pas pratiqué, même si on est très bon en classe, pour ça, on serait moyen».

Devant une foule d’une centaine de personnes, le garçon a choisi de parler du TDAH, le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité. Il en a fouillé tous les angles: de la définition en passant par les symptômes, jusqu’à la médication. «C’est des personnes comme les autres, mais ils ont des choses en particulier, puis c’est normal», décrira-t-il, avec aisance.

Pour y arriver, lui et onze de ses comparses ont pratiqué et re-pratiqué; s’enregistrant et se filmant, explique Anne Imbeau, l’enseignante en charge du projet, qui s’inscrivait en complément du programme régulier. Allergies alimentaires, LEGO, commotions cérébrales: tous les sujets présentés en conférence étaient au choix des jeunes, précise-t-elle.

L’élève Léa-Jade Boutin, elle, s’est intéressée au plan d’action «Greenest City». Décrivant l’expérience de trois villes canadiennes qui multiplient les efforts pour devenir plus vertes, la jeune fille en est venue à la conclusion que le Québec, et particulièrement ses écoles, pouvaient en faire plus. «Comme ça, si les enfants le font, en arrivant à la maison, les parents vont dire: “Hein, c’est une bonne idée! On pourrait faire ça nous aussi!”», a-t-elle exposé.

«Changement de culture»

Pour l’enseignante Anne Imbeau, le projet a dépassé toutes attentes: «On a vraiment changé la culture [des exposés oraux]». Les enfants sont plus attentifs, plus allumés: «Ils remarquent des choses très précises: “Tes images sont floues, met les images plus grosses, moins de texte; projette ta voix plus loin”», décrit-elle, «avant, c’était: “Il a les mains dans les poches, il bouge un peu”. Là, on est au-delà de ça!».

Aucune autre école primaire du Québec n’avait organisé un évènement TEDx avant l’Académie Saint-Louis, souligne celle qui donne de son temps depuis quelques années au volet québécois de l’organisation. Le prétexte était aussi bon pour faire valoir l’utilité des iPad récemment introduits dans les classes de 5e et 6e, juge l’enseignante.

L’an prochain ouvre la porte à une nouvelle mouture du projet, avance Anne Imbeau, mais aussi à de nouvelles idées pour bonifier la formule des exposés traditionnels.

«Ils ont tous fait des pas. Il y en a qui ont fait des grands grands pas de géant, puis il y en a qui ont fait de plus petits pas, mais ils ont tous avancé!», conclut-elle.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *