Actualités
12:00 21 avril 2016 | mise à jour le: 21 avril 2016 à 12:00 temps de lecture: 3 minutes

Transport: La balle est dans le camp des citoyens du nord-ouest, concluent des organismes

TRANSPORT EN COMMUN. Avec l’annonce du Métrobus 804 et les changements au parcours 75, des organismes qui ont consacré la dernière année à dresser le portrait du transport dans le nord-ouest de la Ville souhaitent ouvrir la porte à une collaboration plus étroite avec le Réseau de transport de la Capitale (RTC).

Les organismes dirigés par Francine Dion, Guylaine St-Pierre et Linda Duchaine, se sont penché sur une problématique qui fait selon elles consensus dans le nord-ouest de Québec. (Photo – TC Media)

Les membres de Group’Action Val-Bélair, de la table de concertation SANA et du projet Le Pont dévoilaient cette semaine leur Portrait du transport. Scénarios et constats à l’appui, le groupe en vient à la conclusion que le transport représente un «frein» à l’emploi et aux utilisateurs des services communautaires, institutionnels et récréatifs dans le nord-ouest de la ville. Difficile de recruter ou de garder ses employés lorsque les transports en commun et ses alternatives manquent de flexibilité, résument Guylaine St-Pierre et Francine Dion.

Inventaire

La directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi Chauveau et la présidente du conseil de quartier de Val-Bélair sont toutes deux membres du Comité de transport qui a travaillé à inventorier les moyens de transport communautaires à la portée des résidents de Val-Bélair, Neuchâtel-Est et Loretteville. Curieuses de voir si la problématique du transport qui fait consensus au sein des organismes du secteur était fondée, «on s’est mis à se dire: y a-t-il vraiment des problèmes de transport ou c’est dans notre tête? C’est de là qu’est venue l’idée de mettre ça en perspective; pas juste le RTC, mais les solutions qui existent pour les personnes âgées: les plans B et les plans C quand tu ne veux pas nécessairement utiliser le RTC», explique Guylaine St-Pierre. «Avant d’inventer d’autres services, il fallait répertorier ce qu’il y a», résume-t-elle.

Le constat? D’abord, les gens méconnaissent certains services, comme le Taxibus du RTC, ensuite, les longs trajets qui transitent actuellement au terminus Les Saules représentent un frein important, sans compter les nombreuses interruptions aussi bien dans les circuits des pistes cyclables que les trajets d’autobus, détaillent les instigatrices du projet.

Dialogue

Concernant le RTC, le groupe rapporte par ailleurs une certaine absence de dialogue: «Ce n’est pas facile d’entrer en communication avec la bonne personne qui va pouvoir venir par exemple siéger au comité», rapporte Guylaine St-Pierre. Avec les améliorations de la desserte annoncées récemment, tout le portrait sera appelé à se modifier, soulignent les instigatrices, qui espèrent travailler en collaboration avec le RTC pour le faire évoluer: «On va essayer de s’en faire des alliés», commente Mme St-Pierre.

La balle est autrement dans le camp des citoyens, poursuit-elle: «Ce qui serait intéressant, c’est qu’il y ait des citoyens qui se joignent à frapper sur le pieu», puisque c’est d’eux que les instances officielles attendent des requêtes.

Pour une copie du Portrait du transport, les intéressés sont invités à communiquer avec le Carrefour jeunesse-emploi Chauveau.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *