Actualités
21:00 20 juin 2016 | mise à jour le: 20 juin 2016 à 21:00 temps de lecture: 3 minutes

Un travailleur de milieu autour du feu

VAL-BÉLAIR. Tout l’été, il sera responsable du feu de camp au parc de la Chanterelle, à Québec. Le nouveau travailleur de milieu rattaché à la Maison de jeunes (MDJ) de Val-Bélair sera présent dans le parc et aux alentours; là où il y a des jeunes.

Tout l’été, les jeunes pourront échanger avec le travailleur de milieu autour du feu de camp au parc de la Chanterelle. (Photo Deposit)

La Maison de jeunes lance le projet-pilote d’installer un travailleur de milieu au parc de la Chanterelle les soirs d’été. Les jeunes sont de plus en plus nombreux dans le secteur de Val-Bélair et la MDJ veut les rejoindre là où ils sont, explique le coordonnateur, Jean-François Bougie.

Le projet est né d’une rencontre entre les intervenants du milieu, dont les policiers de Québec. L’objectif est d’assurer une présence significative auprès des jeunes fréquentant le parc et d’entreprendre des activités et des projets collectifs avec eux, mais aussi de les sensibiliser au respect des règles et d’intervenir auprès de ceux qui auraient des difficultés d’intégration, détaillent les responsables.

Méfaits

Jean-François Bougie ne cache pas que l’initiative fait suite à une série de délits commis aux alentours de la bibliothèque Félix-Leclerc. Le Service de police de la Ville de Québec rapporte avoir reçu cinq plaintes pour méfaits dans le secteur depuis le début de l’année, dont deux en avril, au moment où la rencontre a eu lieu.

Un plus grand nombre de jeunes augmente le besoin de tisser des liens et de miser sur la sensibilisation, résume Jean-François Bougie. Québec allonge donc une subvention de 4704$ pour mener le projet-pilote de travailleur de milieu jusqu’en septembre.

Achalandage en hausse pour la Maison de jeunes

Le coordonnateur de la Maison de jeunes l’Escapade se réjouit par ailleurs d’accueillir plus de jeunes que jamais. De 30 à 35 adolescents s’y présentent chaque soir pour socialiser et ce nombre grimpe parfois jusqu’à 50, note M. Bougie, alors que la moyenne l’an dernier tournait plutôt autour de la vingtaine.

La MDJ célèbre également la reconduction de son projet de travailleur de rue pour une quatrième année. Alors que le gouvernement du Québec finance l’initiative à hauteur de 49 000$ pour 2016-2017, la Ville de Québec y contribue en allongeant un montant de 15 000$.

L’Escapade souligne être le seul organisme communautaire jeunesse en santé et services sociaux dans le secteur de Val-Bélair.

À lire sur le sujet: Rencontre sur le futur des Maisons de jeunes: «On est sur la bonne voie.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *