Actualités
20:15 6 octobre 2011 | mise à jour le: 6 octobre 2011 à 20:15 temps de lecture: 5 minutes

Des craintes de perdre le sentiment d’appartenance

La consultation publique sur le projet de modification des limites de territoire des conseils de quartier et de révision des mécanismes de participation citoyenne a fait arrêt au Centre culturel Georges-Dor hier. L’objectif de la ville est de simplifier le fonctionnement et la conception de ces regroupements citoyens ainsi que de créer un lien étroit entre les citoyens, les conseillers municipaux et le conseil de quartier.

Une vingtaine de résidents de La Haute-Saint-Charles se sont présentés, la plupart étant des membres des conseils de quartier. L’activité de consultation a lieu afin de présenter des propositions de modifications en vue d’entendre l’opinion de la population. Sur le territoire de La Haute-Saint-Charles, la plus importante modification concerne la fusion des conseils de quartier de Lac-Saint-Charles et de Saint-Émile. Cet aspect a constitué le sujet de nombreuses interventions. Certaines personnes ont fait valoir les raisons pour lesquelles ils ont choisi de s’impliquer. Jocelyn Bernard de Lac-Saint-Charles ne croit pas que cet attachement au secteur de résidence soit renforcé en fusionnant. «Moi, ce qui m’a donné le goût de m’impliquer, c’est Lac-Saint-Charles. Ce qui se passe à Saint-Émile, je ne me sens pas interpellé par ça», a-t-il fait valoir. Le président du conseil de quartier de Lac-Saint-Charles, Stéphane Plante, croit pour sa part que ce sont deux réalités différentes en raison des activités industrielles, des zones inondables et de l’explosion résidentielle. «Le conseil de quartier Lac-Saint-Charles représente 8000 citoyens. Il pourrait passer à près de 17 000 avec la fusion. Je ne comprends pas comment le regroupement pourrait avoir une voix aussi forte», a émis M. Plante.

Parmi les modifications proposées, une partie de Saint-Émile pourrait être annexée au Conseil de quartier de Loretteville. «Les gens de Saint-Émile ne se sentiront pas interpellés par la revitalisation de la rue Racine. Le sentiment d’appartenance, c’est le fondement même du quartier», a mentionné Louis-Marc Rodrigue de Loretteville. Un autre aspect a été souligné aux membres chargés de la consultation, celui de la participation. «L’implication, ça vient de l’intérieur. C’est par les expériences personnelles», a lancé Georges Raté, un nouveau membre du Conseil de quartier de Saint-Émile. Il a ajouté que même si les frontières sont mentales, dans la vraie vie, ce sont des familles qui seront touchées. Pour sa part, le président du Conseil de quartier des Châtels, Marius Plante, a fait remarquer que la redéfinition des limites faisait perdre l’un des seuls centres de loisirs à Des Châtels, le Centre Michel-Labadie. «La vie communautaire me semble filer [disparaître]», note-t-il. À ces réactions, l’adjoint au directeur général à la Ville de Québec, Pierre Gignac, a fait valoir qu’il y aura cependant toujours « du monde de l’autre côté des limites».

L’idée du maire de Québec Régis Labeaume de diminuer le nombre de conseillers municipaux de 27 à 21 a également fait réagir. «Une fois le processus terminé, on va peut-être recommencer, a critiqué Jean L. Lefebvre. C’est contre-productif. On crée une instabilité.» Enfin, l’aspect des enjeux politiques a également été discuté. Des personnes présentes ont émis leurs craintes de voir accroître une tendance à politiser cette institution.

Ajout d’un conseil de quartier dans des Rivières

Du côté de l’arrondissement des Rivières, la principale proposition consiste à créer un nouveau conseil de quartier en séparant Neufchâtel-Est et Lebourgneuf. Il s’agit du seul arrondissement où cette proposition est faite. Le 4 octobre dernier, une trentaine de personnes ont assisté à la consultation au Centre communautaire Lebourgneuf. Des participants, dont des représentants d’organismes communautaires, ont réagi notamment à l’annexion du secteur du Buisson et du parc industriel Armand-Viau au futur Conseil de quartier de Neufchâtel. Cette partie du territoire appartient présentement au Conseil de quartier Duberger/Les Saules. Là aussi, des craintes de perdre le sentiment d’appartenance ont été émises.

Quant à la suggestion de scinder le Conseil de quartier Neufchâtel-Est/Lebourgneuf en deux, ce dernier s’est montré en opposition à l’idée. Le président Pierre Comeau croit que la division n’est pas nécessaire. «Le conseil de quartier est très vieux. On le sait que l’on représente deux quartiers. On a de la difficulté à recruter des représentants. En scindant, on va augmenter la difficulté», critique le membre du conseil depuis une vingtaine d’années.

Les membres responsables des consultations ont tenu à préciser que présentement, la démarche est effectuée en amont en vue de présenter un règlement par la suite. Une méthode jugée bonne selon M. Comeau. «Je suis d’avis qu’il est important de faire des consultations publiques», maintient-il tout en ajoutant qu’il aurait également pu être intéressant de rencontrer les conseils de quartier au préalable. L’adoption des nouveaux règlements par le conseil municipal et la mise en œuvre de la politique de consultation publique révisée sont prévues en novembre et en décembre. L’élection des membres des conseils de quartier correspondant aux nouveaux territoires doit avoir lieu en mars 2012.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *