Actualités
19:59 4 novembre 2011 | mise à jour le: 4 novembre 2011 à 19:59 temps de lecture: 4 minutes

Le boulevard Robert-Bourassa a cinq ans

Assis autour d’une table au Restaurant Normandin du boulevard Bastien, une dizaine de personnes se remémorent les grandes étapes de la bataille menée pour l’obtention du prolongement boulevard Robert-Bourassa. L’artère célèbre ses cinq ans aujourd’hui même.

Il y a cinq ans jour pour jour, le prolongement de 4,2 km entre les boulevards Lebourgneuf et Bastien a été ouvert à la circulation. La coupe du ruban officiel s’est effectuée en compagnie du gratin gouvernemental et municipal. Le projet routier de 56 M$ a fait couler beaucoup d’encre dans les pages de L’Actuel. Pendant une dizaine d’années, le sujet a soulevé la controverse entre les automobilistes et les citoyens au cœur vert.

La Coalition Pro-Du Vallon au cours de la bataille a récolté plus de 30 000 signatures dans la cadre de la pétition Oui – Du Vallon nous l’aurons et une trentaine de mémoires ont déposé lors des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Des membres de la Coalition Pro-Du Vallon se sont rassemblés hier à l’endroit où à l’époque les réunions avaient lieu. Les souvenirs ressurgissent, chacun a son mot à dire, son moment clé, sa source de fierté. Pierre Daviau raconte la rencontre de représentants du regroupement avec le premier ministre du Québec Jean Charest en 2004. Sans détour, il lui avait exposé son point de vue ce qui lui avait valu le qualificatif de tannant de la part du premier ministre. «Chapeau à Jean Charest», concède-t-il. Lors de cette fameuse rencontre, le groupe avait obtenu la parole d’honneur au sujet des travaux entre Lebourgneuf et Bastien.

Pour Charles A. Moreau, il s’agit de la visite d’une quarantaine de personnes en autobus à l’Hôtel de Ville de Québec. Le groupe avait lu une proposition suggérant à l’administration municipale de donner au ministère des Transports le mandat d’être le seul chargé de projet. «Plusieurs d’entre nous sont intervenus au micro pour appuyer cette proposition», ajoute l’homme mentionnant du même coup qu’une immense affiche au slogan accrocheur La ville recule avait été placée face à l’assemblée.

«Pendant 40 ans, les gens ont fait le détour de quatre km d’un bord ou de l’autre. La ligne droite est la solution environnementale. La coalition voulait un boulevard écologique», rappelle Jean Cloutier. Ce dernier maintient que les membres qu’il qualifie «les environnementalistes de la banlieue», voulaient un vrai parc. «Malgré la coupe d’hectares de friches, le parc de l’Escarpement a été agrandi de 25%», précise M. Cloutier. La méthode utilisée lors de la bataille pour l’obtention du prolongement est une source de fierté pour de nombreux membres du regroupement. «On a inventé un modèle de pression citoyenne, constate Jean Cloutier aussi ex-candidat dans Louis-Saint-Laurent pour le Parti vert du Canada lors des dernières élections. Lors des déjeuners au Normandin, on questionnait les élus dans le but d’être à jour dans les actions posées.»

«C’était un désir unanime de deux générations. C’est parce que l’on s’est impliqué que ça s’est concrétisé, croit l’ex-coordonnateur de la coalition, Claude Perron. Sinon, on attendrait encore. On est fier d’avoir été tenace.» Une partie de la victoire est attribuée au comportement adopté et à l’approche utilisée, selon la dizaine de participants à la fête.

Près de cinq ans plus tard, la Coalition Pro-Du Vallon soutient qu’une relève est présente afin de prendre le relais. Le président de Qualité de vie Éco durable, Jean-François Gagnon, souhaite voir une amélioration du transport en commun dans l’axe nord-sud. Il compte déposer un document au Réseau de transport de la Capitale (RTC) exigeant plus de services. Il cite en exemple le parcours 75 qui permet aux résidents d’aller magasiner aux Galeries, mais pas d’aller étudier à l’Université Laval via l’autoroute Robert-Bourassa.

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *