Actualités
22:11 16 mai 2018 | mise à jour le: 16 mai 2018 à 22:11 temps de lecture: 2 minutes

Picto-Sécur s’officialise au Québec

Le projet pilote pour la sécurité des aînés, initié en 2014 à Victoriaville et implanté l’automne dernier aux Jardins Lebourgneuf de Québec, a maintenant une visibilité nationale.

De la Ville de Victoriaville, Patrick Poulin, Jessica Dessureault, Nathalie Roussel, André Bellavance et Martin Damphousse, président du CAMF.

Photo gracieuseté

Picto-Sécur permet d’afficher les limitations physiques des occupants des centres pour personnes âgées afin de faciliter les interventions et les évacuations en cas d’urgence. À la suite du succès rencontré par le projet, le Carrefour action municipale et famille (CAMF) a démontré de l’intérêt pour la promotion du Picto-Sécur. La Ville de Victoriaville a pris la décision de produire un guide d’implantation afin de préserver l’essence du projet et d’informer les acteurs dans la mise en place de ce dernier.

Il y a quelques semaines, une approche était également faite auprès de la certification Municipalité amie des aînés (MADA) afin de proposer Picto-Sécur à d’autres municipalités du Québec. À ce chapitre, Sara Vassigh, chargée de projet pour l’organisme MADA, rappelle que cette plaquette informative a deux objectifs : contribuer à la sécurité et favoriser l’entraide entre les occupants.

Certains critères sont exigés avant d’obtenir l’autorisation d’utiliser ce système. Il doit s’agir d’une résidence pour aînés ou d’un OSBL d’habitation. L’endroit doit loger des personnes autonomes ou semi-autonomes, avoir au moins un membre du personnel présent en tout temps et restreindre l’accès à la résidence (entrée principale verrouillée). «Il ne faut pas que des visiteurs puissent aller et venir et voir les limitations d’un client. Il doit y avoir un certain respect et de la discrétion», commente-t-elle.

Une plaquette signalétique est apposée à côté de la porte des résidents afin d’afficher leurs limitations fonctionnelles et faciliter les interventions et les évacuations d’urgence. Ainsi, les premiers répondants et les membres du personnel peuvent connaître, d’un coup d’oeil, la condition physique des occupants.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *