Actualités
14:18 20 février 2018 | mise à jour le: 20 février 2018 à 14:18 temps de lecture: 3 minutes

Projet d’expansion pour Le Piolet

L’entreprise d’insertion sociale Le Piolet de Loretteville, fondée en 1985, veut développer de l’hébergement transitoire et des locaux communautaires de milieu de vie dans des quartiers défavorisés de la Ville de Québec.

La salle communautaire permet la tenue de plusieurs activités.

Photo TC Media – Alain Couillard

Ce projet est discuté depuis plusieurs semaines soutient le directeur général du Piolet, David Boivin. Les secteurs envisagés sont Limoilou, Vanier, Saint-Rodrigue et D’Estimauville. Aucune décision n’a encore été prise quant à l’emplacement. «On aimerait proposer 24 logements avec un local communautaire.» Éventuellement, cette première initiative pourrait se multiplier, «on souhaite ajouter deux ou trois autres projets similaires dans un horizon de 5 à 10 ans.»

Le DG assure que la structure interne du Piolet peut soutenir cette expansion. «Nous avons développé des outils, des compétences et de l’expérience dans ce domaine au fil des décennies.» On dénombre aujourd’hui 16 employés, dont six travailleurs sociaux.

Outre le resto-école, la maison des jeunes pour jeunes adultes isolés, marginaux ou en situation d’errance (16-35 ans), est ouverte depuis 2009. Elle reçoit près de 400 jeunes par année, ce qui représente 19 000 heures de fréquentation. Depuis 2010, des ententes avec la Commission scolaire de la Capitale permettent aux participants du plateau d’insertion en restaurant d’obtenir un certificat émis par le Ministère de l’Éducation. Le taux de placement de ces jeunes est d’environ 90%.

Nouveau programme

Le projet Jeunes autochtones a été implanté il y a quelques semaines au Piolet. «Les jeunes des communautés du Nord, qui migrent en périphérie du village Hurons-Wendat, nous visitent.» Cela représente une cinquantaine de personnes sur les 400 individus que l’organisme reçoit annuellement.

David Bovin précise qu’un intervenant est dédié exclusivement à cette clientèle. L’objectif est de lutter contre les risques d’itinérance. «Les jeunes autochtones ont 10 fois plus de chances de se retrouver à la rue que les non-autochtones.»

Financement

Les travaux de rénovation et la construction de 22 logements sociaux, réalisés en 2012-2013 avec la collaboration de la Société d’habitation du Québec (SHQ), ont nécessité un investissement d’environ 4M$. Malgré cette somme, rappelle le DG, rien n’était prévu pour l’embauche d’intervenants. «Nous devons les rémunérer nous-mêmes en collaboration avec la commission scolaire et l’organisation de collectes de fonds.» Des demandes, formulées auprès de différents programmes gouvernementaux, n’ont rien donné, a confié M. Boivin.

Pour contrer le problème de financement et protéger les sommes générées par l’entreprise d’insertion, le conseil d’administration a créé La Fondation du Piolet en avril 2016. Diverses activités-bénéfices permettent d’amasser 175 000$ par année.

La troisième édition des Stations Gourmandes se déroulera le 29 mai. La présidence d’honneur a été confiée à Jean-Robert Leclerc des Biscuits Leclerc. Quant au cocktail Rotary, prévu le 14 novembre, Pierre Martin, du Groupe Saint-Hubert, assumera la présidence d’honneur.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *