Actualités
21:15 22 janvier 2018 | mise à jour le: 22 janvier 2018 à 21:15 Temps de lecture: 3 minutes

Aide psychologique améliorée pour les ex-militaires

SANTÉ. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la CapitaleNationale a inauguré aujourd’hui sa nouvelle Clinique TSO dont la superficie est passée de 942 à 1650 mètres carrés. Installé d’abord sur la rue Belmont en 2004, puis à Loretteville en 2008, l’endroit était devenu inadéquat.

De gauche à droite, Sylvie Laverdière (dir. Santé mentale CIUSSS), Stéphane Lemieux (représentants Anciens Combattants Canada), Guy Thibodeau et Edward Auger.

Photo TC Media – Alain Couillard

Le Dr Edward Auger à son bureau.

Photo TC Media – Alain Couillard

Plusieurs millions de dollars, dont 5,6 M$ provenant d’Anciens Combattants Canada, ont été investis pour la construction de la nouvelle clinique pour les traumatismes liés au stress opérationnel (TSO). Le déménagement a été complété le 23 décembre au 6295 boulevard L’Ormière.

Une salle de thérapie de groupe.

Photo TC Media – Alain Couillard

On dénombre au Canada 10 autres Cliniques TSO qui ont été créées en 2004 à la suite d’un projet pancanadien. Cette clinique est beaucoup plus moderne, fonctionnelle et confortable confie Edward Auger, médecin psychiatre et chef médical. Il concède que ce déménagement permet d’offrir un meilleur service à la clientèle.

Il donne l’exemple des missions canadiennes, dont celle d’Afghanistan, qui ont généré beaucoup de problèmes psychologiques chez certains individus. Le Dr Auger justifie ces investissements par l’augmentation des cas rapportés. «Ce stress post-traumatique c’est une maladie chronique qui nécessite un long rétablissement.» Souvent traités pendant leur carrière militaire, ils ont besoin d’être pris en charge du côté civil, d’où l’implication d’Anciens Combattants Canada. Pour certains, le traitement peut être de courte durée ou se prolonger toute une vie pour d’autres.

Gestion

Une salle de conférence.

Photo TC Media – Alain Couillard

On dénombre quelque 1100 clients à la Clinique TSO de Québec et près de 200 autres s’ajoutent, en moyenne, chaque année. Des projets de télé santé seront développés, «nous en avons un qui existe depuis plusieurs années avec l’hôpital de Chicoutimi. On espère améliorer ça encore plus pour avoir un accès plus direct avec tous les anciens combattants qui résident sur notre territoire.»

Selon Edward Auger, la capacité maximale de 1600 clients pourrait être atteinte d’ici sept à neuf ans. Le nombre d’employés, qui est aujourd’hui de 32, pourrait grimper à 41 pour la même période.

Guy Thibodeau, PDG adjoint du CIUSSS de la Capitale-Nationale de Québec, affirme que ce déménagement permet de mieux desservir le territoire allant de Trois-Rivières aux Îles-de-la-Madeleine et de la frontière américaine au Grand Nord.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *