Actualités
16:17 19 juin 2018 | mise à jour le: 19 juin 2018 à 16:17 temps de lecture: 2 minutes

Intimidation à l’école: INTERaXions sonne l’alarme

L’organisme INTERaXions, qui a pour mission d’agir auprès d’adolescents qui sont victimes d’intimidation, de leurs parents et du milieu scolaire, tenait son activité Bougeons contre l’intimidation à Sarbayä, dans l’arrondissement des Rivières le 2 juin.

Une quarantaine d’adolescents et d’adulte, sensibles à la cause de l’intimidation, ont participé à cette activité

Photo gracieuseté

L’organisme, qui offre des services pour les 12-17 ans victimes d’intimidation, propose diverses activités de groupes ou individuelles. François-Xavier Schmitz-Lacroix, DG de l’organisme, constate que ce sont les 10-14 ans qui subissent le plus d’intimidation.

Ce phénomène touche principalement les personnes provenant de minorités ou ciblées pour leurs différences : ethniques ou sexuelles, des difficultés psychomotrices ou de développement et des autistes.

L’intimidation serait présente, dans des proportions similaires, tant au public que privé.

Dénoncer n’est pas stooler

Plusieurs ateliers ont été organisés dans des Maisons de jeunes ces dernières semaines afin d’expliquer comment être un témoin actif dans un cas d’intimidation. «Certaines réticences demeurent à l’idée d’être jugé ou stigmatisé si on dénonce une situation.»

Les représailles demeurent la pire crainte de celles et ceux qui vivent ou dénoncent de l’intimidation. «La clé est d’avoir un mode de dénonciation anonyme même si certains font le choix de signaler la situation directement auprès à un adulte», rappelle François-Xavier Schmitz-Lacroix.

Des démarches ont été entreprises avec la direction de l’école secondaire La Camaradière, il y a un an, afin d’offrir un service particulier dès la prochaine rentrée scolaire.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *