Actualités
19:09 7 février 2012

Le secteur du Buisson a enfin sa passerelle

Après plus de 40 ans d’attente, les citoyens du secteur du Buisson peuvent maintenant traverser la rivière Saint-Charles prudemment. La Ville de Québec a inauguré ce matin la passerelle cyclo-pédestre reliant les deux rives.

«Cette passerelle était attendue depuis longtemps par nos concitoyens et nous en avions fait un de nos engagements électoraux» confie Gérald Poirier, conseiller du district Duberger-Les Saules et président du conseil d’arrondissement des Rivières.

La Ville a investi 1 530 000$ pour la construction de la passerelle. Afin de réduire les coûts, elle a été édifiée au-dessus de l’estacade Saint-Jacques.

Conçue d’acier et de bois, la structure fait 90 m de longueur et 4 m de largueur pour permettre aux cyclistes et piétons de circuler librement. Elle sera éclairée et déneigée tout au long de l’année.

L’entrée ouest de la passerelle est accessible sur la rue Costebelle. Tandis que l’entrée est communique se situe près du boulevard Saint-Jacques.

«La passerelle est d’une grande importance. Il y a beaucoup d’utilités qui y sont rattachées» commente le conseiller du district de Neufchâtel, Patrick Paquet.

Ce dernier se souvient des péripéties qu’il a vécu plus jeune alors que ses amis et lui tentaient de traverser la rivière pour accéder à l’autre rive. «Il y a une pente abrupte de l’autre côté et une fois, la neige avait déboulé sur moi et tout ce que l’on pouvait voir, c’était le pompon de ma tuque. Mon frère et mes amis s’étaient empressés de me déneiger pour ne pas que la neige m’étouffe», dit-il.

Des histoires comme la sienne, il y en a plusieurs. Depuis la construction de l’autoroute de la Capitale, le secteur du Buisson était enclavé. Les gens devaient faire un long détour pour parvenir sur l’autre rive où se trouve l’école La Camaradière, les lignes de transport en commun, le sentier pédestre du parc linéaire de la rivière Saint-Charles et la piste cyclable des boulevards Lebourgneuf et Saint-Jacques. Plusieurs, téméraires, se risquaient à traverser la rivière.

Pour ces raisons, Gérald Poirier se réjouit de la nouvelle passerelle qui apporte plus de sécurité aux gens du quartier : «Maintenant, nos jeunes n’auront plus à prendre des risques énormes en circulant sur la glace de la rivière pour s’éviter le détour par les boulevards du secteur pour rejoindre l’école.»

Volonté politique et citoyenne

Si le projet a pris autant de temps à se réaliser, c’est en partie dû à un manque de financement et de volonté de la part des élus politiques de l’époque.

«Il faut de la volonté politique parce que ce n’est pas toujours facile de mettre un dossier à terme lorsqu’il s’agit de l’argent des contribuables», affirme Patrick Paquet.

La Ville aurait aimé une aide financière de la part de la Commission scolaire de la Capitale, mais elle n’a jamais démontré d’intérêt envers le projet.

Si les élus municipaux ont été difficiles à convaincre de l’utilité de la passerelle, la communauté ne l’a pas été. André Lainé, citoyen du secteur du Buisson, a pris l’initiative de créer une pétition en faveur du passage cyclo-pédestre.

Recueillant plus de 1000 signatures, cet outil a joué un rôle primordial dans l’acceptation du projet au conseil municipal. «La pétition a permis de réactiver le dossier pour en arriver au résultat que l’on connait aujourd’hui», conclut Gérald Poirier.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Joany Dufresne


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette