Actualités
20:52 6 mars 2012

La phase 2 de l’Éco-promenade des Rivières morte et enterrée selon Régis Labeaume

«Depuis 2010, il est abandonné, depuis longtemps. C’était clair», a lancé le maire de Québec, Régis Labeaume, en point de presse hier. Il a réagi ainsi à la suite de propos tenus par le conseiller municipal du district de Neufchâtel, Patrick Paquet, en entrevue avec Le Soleil.

Ce dernier s’est dit déçu. «Je trouvais que c’était un beau projet qui venait du milieu et la contribution du privé était plus importante que la Ville. Les projets comme ça, on les compte sur nos doigts», a expliqué M. Paquet en entrevue téléphonique avec L’Actuel.

Après vérification auprès de la Ville de Québec, il semble que le projet n’a jamais figuré dans les cartons de l’administration Labeaume. «Il y avait eu des discussions pour une phase 2 entre l’organisation et les élus. Après [le décès de l’ex-mairesse Andrée Boucher], la Ville n’a jamais donné son accord […] aux fins de réalisation de ce projet [de la phase 2]», a mentionné le porte-parole de la Ville de Québec, Jacques Perron.

Il ajoute que tout protocole d’entente doit faire l’objet d’une décision par l’administration ce qui n’a pas été le cas. «Aucun programme triennal d’immobilisations depuis 2008 n’a fait mention que l’Éco-promenade était dans nos cartons. C’est clair que c’est un dossier qui est resté au niveau politique», poursuit-il.

Le projet Éco-promenade des Rivières

Le projet de l’Éco-promenade des Rivières est né à la suite du prolongement de l’autoroute Robert-Bourassa jusqu’au boulevard Bastien. Des citoyens, des organismes communautaires et des gens d’affaires du secteur s’étaient réunis afin de proposer un lien piétonnier le long de la nouvelle artère. La première phase du sentier a été réalisée au cours des dernières années. Le comité devenu avec le temps un organisme sans but lucratif, Éco-promenade des Rivières (EPR), vise une deuxième étape en intégrant une douzaine d’îlots ou jardins thématiques.

Pour démontrer le sérieux du projet, le comité a procédé à l’embauche d’une muséologue de 2006 à 2008 afin de développer des concepts pour les îlots. «Pour aller chercher un demi-million de dollars, il fallait aller chercher des outils promotionnels», explique l’un des membres du comité EPR, Claude Perron. Au total, 125 partenaires financiers ont signé une lettre d’intention permettant au regroupement d’estimer les sommes potentielles à 500 000$.

Poursuite

Il y a un peu plus d’un an, la Ville de Québec a annoncé au EPR que la phase deux de l’Éco-promenade ne sera pas réalisée. L’Éco-promenade des Rivières fait présentement face à une poursuite de la part d’un des partenaires financiers. Les deux parties se retrouveront en cour au cours du prochain mois en vue de régler ce litige. «Un de nos partenaires financiers nous poursuit pour retrouver son argent parce que la Ville a abandonné», a confirmé Claude Perron.

L’élu de Neufchâtel se dit surpris. «On ne savait même pas qu’il y avait des sous dépensés. C’est des peanuts. La plupart des partenaires n’avaient pas déboursé», a commenté le conseiller de Neufchâtel, Patrick Paquet, questionné au sujet des sommes déboursées par le comité.

Lire aussi: Phase 2: la Ville donnerait son aval

 

et Une éco-promenade qui fait du chemin

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Isabelle Chabot


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *