Actualités
20:25 12 octobre 2012

Rivière Saint-Charles: la stabilisation des berges complétée dans le secteur Château d’eau

La Société de la rivière Saint-Charles peut maintenant dire mission accomplie. Appuyée par des bénévoles du programme québécois Éco-Stage de Katimavik, elle vient de terminer son projet de stabilisation des berges avec la plantation de plus de 300 arbres dans le secteur Château d’eau du parc linéaire de la rivière Saint-Charles.

«Ce projet d’environ 75 000 $ a vu le jour grâce au soutien financier de la Ville de Québec et de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement qui a contribué pour un montant de 26 000 $. Lancée en 2011, cette initiative s’est déclinée sur trois axes; le réaménagement des sentiers qui passaient trop près de la rivière, la plantation de 2 000 arbres et arbustes indigènes pour restaurer et stabiliser les berges les plus dégradées et l’amélioration globale de l’état du parc linéaire et de la rivière Saint-Charles», a souligné Guillaume Auclair, directeur des opérations à la Société de la rivière Saint-Charles.

Durant cette période, diverses activités de sensibilisation ont été menées auprès des randonneurs et des riverains. L’objectif visé était de leur faire prendre conscience du rôle essentiel et de la fragilité des bandes riveraines, ainsi que de les inciter à respecter les règlements du parc linéaire pour assurer la protection des berges. Les travaux qui viennent de se terminer permettront au public de profiter d’un milieu de vie d’une grande qualité dans le respect de l’environnement.

Un milieu naturel exceptionnel

Supervisés par Guillaume Auclair et Karine Durand, chargée de projets à l’entretien des parcs à la Société de la rivière Saint-Charles, un groupe de bénévoles du programme québécois Éco-Stage de Katimavik a procédé cet après-midi à la plantation de plus de 300 arbres sur environ 100 mètres de berges dans le secteur du Château d’eau. Les participants ont alors mis en terre des essences déjà présentes dans le milieu comme le pin blanc, le bouleau jaune et le bouleau blanc.

«La Fondation Hydro-Québec pour l’environnement est heureuse d’avoir pu s’associer à un projet qui contribuera à la préservation d’un milieu naturel exceptionnel pour un secteur aussi urbanisé», a mentionné pour sa part Hélène Fortin, conseillère aux relations avec le milieu de la direction régionale- Montmorency d’Hydro-Québec, qui était présente à l’activité comme porte-parole de la fondation.

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo.

 

 

Michel Bedard


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette