Actualités
23:08 23 octobre 2012

«Mon rêve d’être pilote n’a pas changé»

Même s’il risque d’être marqué à vie par son atterrissage forcé le 15 octobre à Princeville, le jeune apprenti pilote Tommy Grenier souligne que son rêve ne s’est pas envolé pour autant.

«Si je retrouve la mobilité de mes jambes dans deux ans, par exemple, je vais retourner tout de suite dans l’avion. Si ça me prend un mois de réhabilitation, j’attendrai quelques semaines avant de voler de nouveau. Mais mon objectif d’être pilote n’a pas changé. C’est un rêve et ça l’est encore», a témoigné le jeune Shawiniganais de 22 ans, hospitalisé à l’hôpital de L’Enfant-Jésus.

Tommy Grenier était à deux doigts d’obtenir le titre de pilote professionnel. «Ça prend 200 heures et pas plus de 10 heures de vol. J’étais en train de terminer mon permis aux instruments, nécessaire pour être pilote. On se pratique dans les nuages, à voler en fonctionnant juste avec les instruments», explique-t-il.

Le pilote en herbe semble garder une volonté de fer, en dépit de l’absence de sensibilité à ses jambes. «Ma moelle épinière a été touchée, mais pas sectionnée. Ça me donne espoir. Je vais tout faire pour que ça fonctionne, même s’il y a seulement 1% de possibilité de rémission. J’ai commencé la physio et demain [mercredi] je serai transféré au Centre de réadaptation François-Charron pour environ un mois», a-t-il détaillé.

Pas à blâmer

L’apprenti pilote affirme que son instructeur Stéphane Barrette est sans reproche. «Ça m’a mis en colère quand j’ai lu un article qui disait qu’on ne comprenait pas pourquoi l’élève a sauvé l’instructeur. Je le recommande à n’importe quelle compagnie à la recherche d’un instructeur. Avec le feu qui était pris du côté de l’instructeur, n’importe qui m’aurait demandé de prendre les commandes», a insisté le jeune homme de 22 ans.

«On a été chanceux d’être à 2000 pieds et pas à 600 pieds quand le feu a pris, car ça se serait probablement propagé partout et on serait sûrement morts les deux.

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada enquête actuellement pour déterminer les causes de l’accident.

Groupe Québec Hebdo.

Hospitalisé à l’hôpital de l’Enfant-Jésus, l’apprenti pilote Tommy Grenier débutera sa réadaptation mercredi au Centre François-Charon, l’Institut de réadaptation en déficience physique, à Québec. (Photo Véronique Demers)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *