Actualités
18:23 30 octobre 2012

Une vidéo pour expliquer la mammographie aux femmes

Dans le cadre du lancement de la campagne régionale du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), le Centre de coordination des services régionaux, situé à l’hôpital du Saint-Sacrement, a réalisé la toute première vidéo illustrant le déroulement, en temps réel, d’une mammographie de dépistage et du consentement à la participation au Programme.

La vidéo, qui dure un peu plus de 9 minutes, permet d’expliquer, de démystifier et d’enlever les craintes des femmes face à cet examen. «La peur de l’examen ou du résultat peuvent empêcher certaines femmes de passer une mammographie. Sur les cinq premières années de mise en place du Programme, on note une diminution de 35% de mortalité par cancer du sein chez les participantes. Il est important que les femmes participent à ce Programme», explique la docteure Jocelyne Chiquette, médecin responsable au Centre de coordination des services régionaux (CCSR) de la Capitale-Nationale et sénologue au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia.

L’objectif du programme est de réduire de 25% le taux de mortalité par cancer du sein.

Le CCSR profite de la campagne régionale du programme pour lancer son nouveau site internet : www.depistagesein.ca «On aime à ce que les femmes soient bien informées. Et c’est important qu’elles comprennent les limites, les avantages et les inconvénients du Programme», précise-t-elle.

Les signes à surveiller

Le PQDCS a été mis en place en 1998 pour diminuer la mortalité par cancer du sein. Tous les deux ans, une lettre est envoyée à toutes les femmes de 50 à 69 ans pour les inviter à passer une mammographie de dépistage. «Malgré le programme, 10% des cancers ne seront pas vus à la mammographie. C’est pour cette raison qu’il est important de surveiller les signes», conseille la sénologue. Un écoulement du mamelon, une augmentation du volume des ganglions lymphatiques, un œdème, une masse palpable au sein, un changement récent de la taille ou de la forme du sein sont autant de signes à surveiller. «En cas de changements, il faut consulter un médecin», poursuit-elle. Chaque année, plus de 40 000 mammographies sont réalisées et près de 70% des femmes de la région font le dépistage.

Quatre porte-paroles

Quatre femmes participant au PQDCS sont les porte-paroles de ce Programme. Danielle Picard, Odile Nadeau, Thérèse Francoeur et Johanne Morel apparaissent sur le site internet et sur les outils promotionnels dans le cadre de la campagne. «Je suis porte-parole depuis 2008, l’année de mes 50 ans. Je suis un relais au dépistage. Lorsque mes amis, mes collègues de travail me voient, elles se disent qu’elles doivent passer une mammographie», confie Thérèse Francoeur. «Les femmes se reconnaissent à travers nous, car nous sommes des femmes ordinaires», poursuit Johanne Morel. «Le programme est très sécurisant, car il y a toujours quelqu’un qui veille sur nous, nous sommes chanceuses d’être bien entourées», rajoute Danielle Picard.

La vidéo est disponible sur le lien suivant : www.depistagesein.ca

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *