Actualités
20:03 28 septembre 2012

Hausse des camions à Lac-Saint-Charles: horaire de transport modifié

Les résidents de Lac-Saint-Charles sont confrontés à la présence de nombreux camions notamment sur la rue Lepire, le boulevard de la Colline, l’avenue du Lac-Saint-Charles et la rue Jacques-Bédard. Le trafic a subi une hausse causant des désagréments aux personnes habitant dans ce secteur. Cette semaine, l’horaire de transport a été modifié à la suite de demandes de citoyens, selon Jacques Perron des communications de la Ville de Québec.

L’entreprise Charles-Auguste Fortier, ayant une sablière située à Lac-Saint-Charles, a obtenu le contrat d’excavation dans le cadre de la construction du nouvel amphithéâtre. Plus de 18 000 voyages de terres doivent être effectués dans une période de temps limité.

«J’avoue qu’il y a beaucoup de trafic», confie une résidente de Notre-Dame-des-Laurentides habitant à proximité de la rue Jacques-Bédard, Monique Beaudoin. Les véhicules transportent les résidus d’excavation du site de l’amphithéâtre jusqu’à la sablière à Lac-Saint-Charles. L’opération doit prendre fin au plus tard à la mi-décembre.

Une quantité de camions-bennes plus élevée qu’à l’habitude a été observée à Lac-Saint-Charles du lundi au samedi entre 7h et 23h. «Ça passe beaucoup, il y en a vraiment plus. Côté tranquillité dans mon coin sur le boulevard de la Colline et Bosquet, ça ne nous dérange pas», témoigne une Lac-Saint-Charloise, Joanie Vaillancourt. Cette dernière fait la remarque que beaucoup de terre est laissée sur la chaussée.

Horaire de transport modifié

À la suite de plaintes reçues de citoyens, la Ville de Québec a modifié l’horaire de circulation permise en soirée. Au début de la semaine, des discussions se sont déroulées et la décision est tombée. Les camionneurs devront respecter de nouvelles plages de travail. De semaine, le transport de la terre se fera de 7h à 21h et le samedi de 7h à 17h.

Retombés économiques

La circulation n’amène pas seulement des désagréments, selon Linda O’Neil. Cette dernière est propriétaire d’un Dépanneur Rioly sur la rue Jacques-Bédard. «Pour moi, c’est positif parce que beaucoup de camionneurs arrêtent chez moi. J’imagine que les casse-croûte doivent le ressentir aussi», fait-elle valoir. D’ailleurs depuis l’ouverture de l’artère Lepire, Mme O’Neil note de nouvelles clientèles.

 Le propriétaire de l’entreprise beauportoise Charles-Auguste-Fortier, André Fortier, n’a pas retourné les appels de L’Actuel.

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Les camions sont plus nombreux qu’à l’habitude à proximité de la sablière Charles-Auguste Fortier. (Photo Isabelle Chabot)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *