Actualités
18:11 13 mai 2015

Manifestation à Québec contre les transports illégaux

MANIFESTATION. Près de 50 véhicules de taxis ont roulé aujourd’hui jusqu’à l’Assemblée nationale pour affirmer le mécontentement des chauffeurs contre les entreprises de transport illégales et pour presser le gouvernement d’agir.

L’organisateur et porte-parole lors de la manifestation Hamid Nadji a dit vouloir sensibiliser la population sur le danger de cette nouvelle pratique. «Toute chose illégale est dangereuse, a-t-il affirmé. Les contrôleurs routiers font leur travail, mais ils sont dépassés par les événements. Les effectifs sont vraiment insuffisants face à l’ampleur de l’adversaire.»

L’application UberX, qui permet à un citoyen de se proclamer chauffeur, gagne du terrain au Québec malgré l’interdiction émise par la loi, a mentionné le porte-parole. «Rien n’assure la fiabilité de ces chauffeurs, a expliqué le porte-parole. Le client a très peu de moyens pour se protéger.» L’entreprise est présente dans la région de la capitale nationale depuis février 2015.

Manque de contrôle

Le regroupement a dénoncé le manque d’encadrement des chauffeurs illégaux. Ceux-ci ne possèdent ni permis de taxi et ni assurance commerciale en cas de pépin. «Nous demandons au gouvernement d’agir, a déclaré Hamid Nadji. On les sent très timide à réglementer. Les autorités devraient agir de façon efficace, avec notamment une ordonnance spéciale.»

Le phénomène UberX a commencé à gagner en vitesse à Québec selon l’organisateur, mais sans que la ville soit aux prises avec un problème ingérable. «Nous sommes en train d’agir avant de guérir», a-t-il expliqué. Le service UberX est tout de même bien implanté dans la province, notamment dans la ville de Montréal.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir s’est présenté à la manifestation pour soutenir les chauffeurs de taxi face à la multinationale UberX. «Cette entreprise veut gagner de l’argent sans se soumettre aux contraintes mises en place pour protéger le public et assurer un revenu décent aux travailleurs de ce secteur», a-t-il dénoncé. Chauffeur de taxi lui-même à l’époque dans la région de Québec, il a décrié la liberté que laisse le gouvernement actuel à cette entreprise en expansion dans la province.

Le député a rejeté la possibilité de légiférer le service de transports UberX. «On a déjà des taxis, a-t-il tranché. Le gouvernement devrait mettre en place des dispositions pour que les taxis soient mieux utilisés dans l’offre des transports collectifs.»

La manifestation organisée par le Regroupement des Propriétaires de Taxis de la Capitale s’est dirigée vers l’édifice du parlement pour 10h30. Arrivé sur place, le cortège s’est stationné autour de la Fontaine de Tourny dans le but de mettre de la pression au gouvernement.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *