Actualités
18:00 14 juillet 2015

Organismes communautaires : Plus de chaises vides, malgré les besoins

DOSSIER. Mises à pied temporaires, services réduits : la période estivale est un casse-tête pour plusieurs organismes communautaires qui doivent suspendre leurs activités, alors que la demande, elle, ne s’essouffle pas.

Chez ESPACE région de Québec, Patricia St-Hilaire est seule pour garder le fort. Ils sont normalement six pour le faire. Avec une collègue, elles se relaieront jusqu’en septembre : «C’est comme ça depuis des années, par manque de financement», explique la coordonnatrice administrative.

S’il était actif en été, son organisme de prévention de la violence pourrait rejoindre des centaines de jeunes de plus, croit-elle : «On pourrait aller dans les camps de jour» et du coup, réduire les listes d’attente pour les ateliers.

Des jeunes à qui on doit dire non, il y en a aussi à la maison des jeunes La Piole. «On ouvrait nos portes aux camps de jours, mais on ne peut plus», explique la coordonnatrice Marie Pelletier. Cette année, leur présence a été réduite de moitié pour garantir des activités à ceux qui n’ont pas la même chance, poursuit-elle.

«Tendance lourde»

La réduction des équipes et des services en été, «c’est une tendance lourde qui se maintient», constate Vicky Brazeau du Regroupement des organismes communautaires de la région 03 (ROC 03). C’est le financement qui est problématique, confirme-t-elle. L’indexation des subventions gouvernementales ne suit pas l’augmentation du coût de la vie, témoigne Jean-François Tremblay de l’organisme Cercle Polaire, sans compter un «resserrement au niveau du privé».

Services essentiels

Et si suspendre ses activités n’est pas une option ? «La personne qui est en souffrance, que ce soit l’été ou l’hiver, je dois lui offrir des services», fait valoir Josiane Berthiaume-Lavoie, directrice de l’organisme de santé mentale l’Équilibre. Un poste étudiant subventionné l’aide à garder ses portes ouvertes en été. Du côté du dépannage alimentaire, Moisson Québec invite les organismes en pause à rediriger leurs utilisateurs vers les ressources disponibles, note la coordonnatrice communautaire, Sophie Marcotte. Des organismes qui doivent composer avec les échéanciers administratifs, comme le Pavois, tenteront pour leur part d’éviter les «vides de service» en mettant les bouchées doubles avant et après la période estivale, mentionne Francine Cyr.

Recherche de financement

L’automne marquera la reprise de la recherche de financement pour plusieurs. Chez ESPACE région de Québec, on compte prendre les grands moyens : «On a décidé d’aller sensibiliser moins de milieux pour que tout le personnel nous aide dans la recherche de financement», conclut la coordonnatrice administrative, Patricia St-Hilaire.

 

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *