Actualités
17:00 4 août 2015

Pharmaciens : Du «flou» dans l’exécution des nouveaux actes

PHARMACIENS. Il y a «peut-être un peu de flou dans l’exécution»
des sept nouveaux actes que les pharmaciens peuvent poser depuis maintenant un mois, rapporte l’AQPP, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires. Le service est en rodage, il est de plus en plus sollicité, mais des pharmaciens n’ont encore reçu aucun remboursement d’honoraires de la part du gouvernement.

En un mois, l’équipe de la pharmacienne Mélanie Néron a offert une quarantaine de consultations relevant des nouveaux pouvoirs octroyés aux pharmaciens. (Photo TC Media – Monica Lalancette)

«Ce qui n’est pas prêt, c’est le processus de réclamation à la Régie de l’assurance maladie [du Québec]», témoigne le pharmacien Denis Boissinot. «Pour l’instant, on pose les actes, mais on n’a pas eu un sou», renchérit la pharmacienne Mélanie Néron.

Depuis le 20 juin, les pharmaciens peuvent prolonger ou ajuster des ordonnances ; administrer et prescrire certains médicaments ; ou encore interpréter des analyses de laboratoire.

Les systèmes de facturation pour trois de ces actes «étaient prêts» au terme des négociations avec les pharmaciens, assure Marie-Claude Lacasse du ministère de la Santé et des Services sociaux. En revanche, l’entente survenue à la fin juin sur l’ajout d’un quatrième service rémunéré provoque un certain délai, admet-elle. «Pour la prolongation [des ordonnances], il reste des discussions.»

Facturation

«La RAMQ peut recevoir la facturation, mais certains systèmes qui appartiennent aux pharmaciens […] ne sont pas encore adaptés pour le faire», poursuit Mme Lacasse.

Du coup, il se peut que des clients doivent assumer seuls les coûts des consultations, rapporte l’AQPP. «Ça se peut qu’il y ait des patients qui se présentent en pharmacie, que le pharmacien leur dise : “Moi je peux vous offrir le service, mais pour des raisons purement techniques, je vais devoir vous facturer, puis on vous remboursera”», illustre Vincent Forcier, directeur des affaires publiques.

Des pouvoirs très attendus

Les pharmaciens avaient hâte d’exercer leurs nouveaux pouvoirs, commente la pharmacienne Mélanie Néron. «On aurait aimé que tout soit déjà en place avant de poser les actes, mais on ne voulait pas manquer le bateau non plus», souligne-t-elle.

Les pharmaciens de Néron Lambert Allard ont offert une quarantaine de consultations en un mois.

Du côté de la pharmacie Denis Boissinot, on a jusqu’à présent mis la pédale douce en raison du «flou». En revanche, le pharmacien propriétaire indique avoir été informé que le déploiement du logiciel de facturation qu’utilisera sa pharmacie serait devancé.

Plus de détails à l’automne

Tous les détails liés à la facturation devraient être connus d’ici l’automne, estime l’Ordre des pharmaciens. L’Association des pharmaciens propriétaires confirme d’ailleurs que les discussions vont bon train. «Tout le monde fait son possible. Je pense que le ministère fait son possible, la RAMQ fait son possible aussi, les pharmaciens font leur possible et de l’autre côté on essaie de s’adapter», conclut Vincent Forcier.

Québec Hebdo

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette