Actualités
17:15 29 juillet 2015

Déménagements : Des refuges pour animaux encore bondés

ANIMAUX. Les animaux orphelins sont encore nombreux dans les refuges, un mois après la période des déménagements. La liste d’attente d’Adoption chats sans abri dérougit à peine depuis juillet, note la direction. Le scénario est semblable au refuge Adoption lapins sans abri, qui travaille à réduire sa liste une douzaine de lapins à la fois.

En revanche, la période des déménagements a été somme toute «normale» à la Société protectrice des animaux de Québec (SPA) et au Contrôle des animaux domestiques. Pour le directeur général de la SPA, Denis Pelletier, les chiens qui arrivent de moins en moins nombreux en juillet sont un indicateur que les propriétaires planifient davantage le moment où ils devront les confier au refuge.

«Ce n’est pas vraiment ce qu’on a vécu», tranche cependant Diane Tremblay, administratrice d’Adoption chats sans abri. Le petit refuge de Limoilou a dû jongler avec un nombre important de demandes de dernière minute : «Les gens appelaient et nous disaient : “Je déménage demain, je dois me débarrasser de mon animal”. Donc il n’y a pas plus de préparation qu’avant», croit Mme Tremblay.

«On dirait que les gens vont penser à faire garder leur chat et leur chien, mais pas à faire garder leur lapin», poursuit Nancy Lachance d’Adoption lapins sans abri. Pour cet autre petit refuge de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, la période de demande accrue se poursuivra jusqu’à la fin des vacances d’été.

Familles recherchées

Heureusement, les familles d’accueil sont au rendez-vous, notent les refuges. Les gens sont de plus en plus sensibilisés à la problématique et sont donc plus nombreux à opter pour l’adoption, croit Denis Pelletier de la SPA. «Ça a le bon côté d’amener des gens pour l’adoption», renchérit Diane Tremblay.

Adoption lapins sans abri ne compte cependant pas ralentir la cadence : «Une autre grosse période s’en vient», note Nancy Lachance. «Au début de l’hiver, des gens qui ont pris un lapin pour l’été se rendront compte que ce n’est plus vivable [de le laisser à l’extérieur]», explique-t-elle. «Après, ça va redevenir calme… jusqu’à l’été», conclut-elle.

 

 

 

Québec Hebdo

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette