Actualités
22:20 22 novembre 2015 | mise à jour le: 22 novembre 2015 à 22:20 temps de lecture: 3 minutes

Eau potable: «Il faut agir maintenant»

EAU POTABLE. La Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) s’est réunie dimanche pour analyser la situation des sources d’eau potable, notamment le Lac-Saint-Charles. La situation est alarmante aux dires du maire Régis Labeaume.

La situation des réserves d’eau potable inquiète grandement le maire Labeaume. (Photo TC Media – Archives)

Le constat principal de la CMQ est que le Lac-Saint-Charles vieillit prématurément, à cause des activités humaines, un vieillissement équivalant 25 ans au cours des cinq dernières années. «Les travaux de construction routière, les ensembles résidentiels, la déforestation, l’exploitation d’immenses sablières, ainsi que les nombreuses activités récréatives comme le ski, le golf et le quad, sur le territoire de la ville de Québec comme dans les municipalités voisines, ont un impact réel sur la qualité de l’eau de la rivière Saint-Charles, affirme le maire Régis Labeaume.

«L’eau doit être au cœur de toutes nos décisions à défaut de quoi nous vivrons, d’ici quelques années, de graves problèmes de pénurie et de qualité. Ce ne sont pas des problèmes que nous voulons léguer à nos enfants.»

L’épandage annuel de 1000 tonnes de sels déglaçant à Stoneham serait une autre des sources du problème.

Désormais, tous les projets se trouvant autour d’une source d’eau potable seront révisés et feront l’objet d’une analyse des risques.

Différents outils déployés

• révision et bonification du Règlement de contrôle intérimaire adopté en 2010;

• création d’un observatoire métropolitain sur la protection des sources d’eau;

• élaboration d’un programme de suivi des installations septiques autonomes;

• établissement d’un Fonds métropolitain pour la protection des sources d’eau;

• élaboration d’un plan de conservation des milieux naturels.

Le plan de la Ville de Québec ira dans l’optique des travaux déjà effectués dans les dernières années, dont l’investissement de 80M$ pour améliorer les systèmes de traitement de Charlesbourg et Beauport et un autre 25M$ pour augmenter la performance du réseau de l’usine de Québec. D’ici 2020, 45M$ seront aussi investis à Sainte-Foy. « il faut maintenant, et plus que jamais, investir dans la protection des sources d’eau comme l’ont fait d’autres grandes villes avant nous. Afin d’y parvenir, un plan de protection adapté aux particularités du bassin versant sera réalisé et mis en œuvre», explique le maire de Québec.

Un partenariat avec Stoneham-Tewkesbury et Lac-Delage

Dans la même optique, la Ville de Québec a annoncé qu’elle travaillera avec ses voisins de Stoneham-Tewkesbury et du Lac-Delage pour mettre aux normes leurs usines de traitement des eaux usées. Les deux municipalités devront faire des choix pour être aux normes d’ici décembre 2016. «Il est urgent que les villes se parlent et qu’elles travaillent ensemble pour trouver des solutions. La Ville de Québec sera proactive dans le dossier de la protection des sources d’eau», a déclaré Régis Labeaume.

Les trois villes travailleront de concert pour établir s’il serait possible de raccorder les usines de traitement de Stoneham-Tewkesbury et du Lac-Delage au réseau de Québec.

Pour plus d’informations sur la situation, www.cmquebec.qc.ca/eau ou au www.apel-maraisdunord.org/apel/.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *