Actualités
13:30 25 novembre 2015 | mise à jour le: 25 novembre 2015 à 13:30 temps de lecture: 2 minutes

Portraits de Valcartier : Frédéric Beauregard, DJ sur le champ de bataille

PORTUGAL. Il est DJ depuis aussi longtemps qu’il est dans les Forces armées canadiennes. Le sergent Frédéric Beauregard de Charlesbourg amène sa passion pour la musique jusqu’en mission à l’étranger.

«Partout où je vais, j’essaie vraiment de me trouver un kit et de faire de la musique pour changer les idées du monde.» En mission en Israël et en Afghanistan, le lieu de rassemblement des militaires Canadiens s’animait pratiquement tous les vendredis et samedi, raconte-t-il.

«En Israël, […] on ne se faisait pas bombarder, tandis qu’en Afghanistan c’était plus rough et les gens, quand ils venaient au Canada Place le soir, ils décrochaient. On pouvait prendre une bière, socialiser et oublier qu’on était à la guerre.»

Noël à Kandhar

L’un de ses plus beaux souvenirs remonte d’ailleurs à l’un de ses déploiements en Afghanistan, plus précisément à Noël 2007. «Le 24 ou le 25 décembre, on avait trouvé une tente dans laquelle il n’y avait rien et on avait installé notre kit là», se souvient-il. «J’étais en feu, je mettais tellement des bonnes tunes! Le monde dansait tellement qu’il avait fallu tenir les colonnes de son, parce qu’elles allaient tomber par terre! C’était vraiment une soirée magique et on était à Kandahar, sur la base.»

Une centaine de militaires étaient alors venus fêter, poursuit Frédéric Beauregard. «Un 25 décembre en mission, c’est dur», admet-il, mais «c’est notre job; c’est notre fierté».

Passion de longue date

Déjà comme réserviste, Frédéric Beauregard aimait organiser des soirées pour ses confrères. De fil en aiguille, il raconte s’être de mieux en mieux équipé jusqu’à lancer Les Discomobiles Dancing Queen, en plus d’être animateur chez Mega Fun.

C’est d’ailleurs devant une console que vous le trouvez à l’approche des Fêtes: «Les trois premières fins de semaine de décembre, je suis toujours occupé les vendredis, samedis!», laisse-t-il tomber, visiblement emballé.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *